Une société pour , pas seulement pour quelques-uns.

Fil Facebook

22 heures

PS genevois

🕵️‍♂️NON A LA SURVEILLANCE DES ASSURE-E-S LE 25 NOVEMBRE🕵️‍♂️La Surveillance doit changer de camp ! Notre système de santé maladie est un doux mélange de solidarité entre les assurés qui paient des primes et de caisses privées qui font du gain avec. Les citoyennes et citoyens suisses sont tenus par la loi de payer une caisse maladie, ce qui en soi est une forme de protection contre le risque de tout perdre en cas de maladie ou de se laisser mourir par manque de soins. Or, ce système montre ses failles à tous les niveaux. Premièrement le principe de solidarité s’applique partiellement grâce aux caisses qui font un écrémage des risques et tendent à garder les «bons assurés» en bonne santé. Deuxièmement, les assurances ont montré leur limite ou disons plutôt leur vraie vocation en laissant mourir récemment un assuré atteint du sida, endetté, qui n’était plus en mesure de payer ses primes et qui a été privé de soins. In fine, les lobbys des caisses maladie viennent de jouer de leur influence au parlement fédéral pour imposer une surveillance accrue des supposés fraudeurs. Mais qui doit surveiller qui!? Les caisses maladie ont un mandat public pour assurer une couverture médicale à toute la population indépendamment du revenu en appliquant un système de solidarité entre assurés. L’augmentation annuelle et programmée des primes démontre l’échec de ce système. La participation des cantons aux primes des assurés qui ne peuvent plus les assumer seuls aussi. Les efforts au niveau fédéral et cantonal pour réguler les caisses maladie ont été confrontés à des échecs constants. Les pouvoirs publics n’ont à ce jour pas réussi à exiger des caisses une clarification de leur gestion financière. Nous ne savons pas quelle est la part des primes destinée à la publicité, à la gestion interne des caisses, à leurs actionnaires et à leurs lobbyistes. Nous ne connaissons pas le niveau de réserves cantonales par caisse maladie ni quels sont précisément les tarifs payés aux médecins par type de soin malgré le système TarMed. L’étanchéité entre l’assurance de base et l’assurance complémentaire est également trouble. L’obligation de s’assurer en tant qu’individu est inscrite dans la loi fédérale. L’obligation d’assurer pour les caisses également. Cela implique que la population mandate et finance les caisses pour rendre à la population une couverture sanitaire. C’est à la population, par le biais des pouvoirs publics, de surveiller la gestion et le respect du mandat que les assurances-maladie ont reçu et non pas le contraire. La surveillance doit changer de camp!
Ayari Félix Beltrametti
#chvote #25nov #versicherungsspionenein
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

5 jours

PS genevois

Le PS genevois s'engage contre la réforme de la fiscalité et du financement de l'AVS. Retrouvez l'argumentaire et signez le référendum sur www.ps-ge.ch/referendumrffa ... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

6 jours

PS genevois

📢Atelier pancarte contre la hausse des primes d'assurance maladie.
Venez nombreux-ses samedi 17 novembre ! 📢
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

7 jours

PS genevois

Stand à la Terrassière contre la surveillance des assuré-e-s et l'initiative anti-droits humains 🌹 #IADHnon #25novembre #psgenevois ... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook