Affaire Maudet : le ministre PLR doit tirer les conclusions qui s’imposent

Le jeudi 30 août 2018, le Ministère public demandait la levée de l’immunité du Conseiller d’État Pierre Maudet par le Grand Conseil. Mensonges, dissimulations et manque de respect pour les institutions semblent être devenus les maîtres-mots du ministre PLR. Le Parti socialiste demande au Conseil d’État qu’il prenne ses responsabilités et dessaisisse Pierre Maudet de la gestion de la police, de l’aéroport ainsi que de la Présidence du Conseil d’État. Il en appelle au sens de l’intérêt général de M. Pierre Maudet – valeur dont il s’est toujours réclamé – et l’invite à tirer toutes les conclusions qui s’imposent quant à son avenir au sein du Conseil d’État genevois et à la sauvegarde des institutions et de l’image de Genève. 

Jeudi 30 août dernier, le Ministère public envoyait un communiqué de presse relatant la demande de levée de l’immunité du Conseiller d’État Pierre Maudet par le Grand Conseil afin de le poursuivre du chef d’acceptation d’un avantage. Il est évident que le Conseiller d’État PLR bénéficie de la présomption d’innocence ; par conséquent le Parti socialiste ne se prononce pas sur le volet pénal de l’affaire.

Sur le plan politique, les Socialistes ont été particulièrement choqués d’apprendre que Pierre Maudet et son ancien chef de cabinet auraient sciemment construit de toute pièce un mensonge sur plusieurs éléments cruciaux de l’affaire, plus particulièrement quant aux explications données sur le contexte de ce voyage : le ministre PLR aurait été invité expressément à titre de Conseiller d’État ; le prince héritier aurait pris en charge le coût de ce voyage ; le magistrat aurait tenté de dissimuler la source de financement ; des acteurs économiques du canton liés à l’immobilier auraient contribué à organiser ce voyage. Ces éléments démontrent que le Président du Conseil d’État a donné des explications mensongères aux autres membres du Conseil d’État, aux député-e-s, à la Commission de gestion, à la justice et à la population genevoise.

Face à ces éléments, le Parti socialiste soutient la levée d’immunité demandée par le pouvoir judiciaire. Il demande que le magistrat soit également démis de ses responsabilités concernant la police, l’aéroport ainsi que de la Présidence du Conseil d’État. Ce n’est qu’à ces seules conditions que la police et la justice pourront effectuer leur travail en toute indépendance, et que notre Canton pourra se concentrer sur ses projets d’avenir. Il en va également de la confiance des citoyen-ne-s envers les institutions et de la crédibilité du collège gouvernemental.

Le Parti socialiste en appelle au sens de l’intérêt général de M. Pierre Maudet – valeur dont il s’est toujours réclamé – et l’invite à tirer toutes les conclusions qui s’imposent quant à son avenir au sein du Conseil d’État genevois et à la sauvegarde des institutions et de l’image de Genève.

Pour plus d’informations :

  • Carole-Anne Kast, Présidente (079 310 48 90)
  • Thomas Wenger, Député, Chef de groupe (079 476 69 45)
Publié dans