Les propos de Micheline Calmy-Rey honteusement détournés par l’UDC.

Les propos de Micheline Calmy-Rey honteusement détournés par l’UDC.

Un tout-ménage mensonger a récemment été envoyé dans toutes les boîtes-aux-lettres suisses, détournant les propos de Micheline Calmy-Rey, ancienne présidente de la Confédération. Une phrase de Madame Calmy-Rey, sortie de son contexte, est utilisée pour appuyer la campagne de l’UDC, qui prône le « oui » à l’initiative pour l’autodétermination, une initiative qui ne ferait que réduire les droits humains en Suisse, et que Madame Calmy-Rey combat. Le Parti socialiste genevois regrette que de telles pratiques soient utilisées par un parti politique national, ce qui ne fait que démontrer le manque d’intégrité de l’UDC et sa volonté de désinformer et de tromper les électeur-rice-s.

L’UDC a utilisé, sans son accord, les propos de Micheline Calmy-Rey pour promouvoir le « oui » à l’initiative pour l’autodétermination, initiative pourtant largement combattue par le Parti socialiste et Madame Calmy-Rey. L’ancienne présidente de la Confédération n’a pas été consultée pour que son nom et ses propos figurent sur le dépliant de l’UDC, faisant la promotion d’une initiative que Madame Calmy-Rey juge « anti-protection des droits individuels, anti-européenne et anti-intérêts économiques. Un comble pour un pays exportateur comme la Suisse ! »

L’initiative dite pour l’autodétermination, lancée par l’UDC, sera soumise au vote le 25 novembre prochain. Le Parti socialiste s’érige contre cette initiative qui s’attaque aux droits fondamentaux. En cas d’acceptation, la Suisse serait contrainte de résilier la Convention européenne des droits de l’Homme et bon nombre d’accords internationaux. La population suisse serait ainsi privée du principal instrument international garantissant le respect des droits humains.

La Suisse se trouverait ainsi en situation d’isolement par rapport aux autres pays européens. Micheline Calmy-Rey rappelle également que cette initiative va à l’encontre des accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union européenne. Pour elle, « la pub de l’UDC est mensongère : l’initiative ne renforce pas la démocratie ni la souveraineté de l’action politique. La démocratie c’est aussi la défense des droits individuels et la protection des plus faibles. »

En utilisant à son insu l’image positive d’une ancienne présidente de la Confédération, appréciée, connue et reconnue, en sortant ses propos de leur contexte, l’UDC s’abaisse à faire de la désinformation dans le seul but d’induire les électeur-rice-s en erreur. A l’heure de la multiplication de la diffusion de fake news, nous sommes en droit d’attendre des partis politiques traditionnels un minimum d’éthique et de responsabilité dans leurs messages de communication. De telles pratiques doivent être condamnées. Le PS appelle l’UDC à prendre ses responsabilités en tant que parti et stopper ces usages indignes et malhonnêtes d’une personnalité socialiste à des fins électorales.

Pour plus d’informations :

  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS genevois (079 796 36 23)
  • Frédérique Bouchet, Secrétaire générale (079 157 54 31)
Publié dans