Le Grand Conseil vote un budget solidaire, responsable et nécessaire

Le budget cantonal 2019 a été voté par une majorité constituée de l’Alternative, soit le Parti socialiste, Les Verts et Ensemble à gauche, et du MCG. Les Socialistes n’ont pas ménagé leurs efforts pour constituer une majorité budgétaire. La droite a tout fait pour couler le budget du Conseil d’Etat. Le budget fournit les moyens nécessaires à l’Etat pour délivrer les prestations et financer les services publics. La hausse des dépenses résulte de l’augmentation de la population et de la hausse des inégalités.

Le Grand Conseil a voté un budget excédentaire à hauteur de 27,8 millions. Alors que le premier projet du Conseil d’Etat prévoyait un déficit de 89 millions, l’amélioration des prévisions de recettes fiscales a permis de le rendre excédentaire. Le budget 2019 prévoit une hausse des dépenses dans les domaines de l’école, du social, de la santé et de la mobilité bien qu’aucune nouvelle prestation ne soit créée. Cette augmentation est directement liée à la hausse de la population et à l’augmentation des besoins. Ceux-ci résultent de la dureté du marché du travail, de l’explosion des inégalités sociales, du vieillissement de la population, des coûts de la santé ou encore de la cherté des logements.

Les propositions de coupes budgétaires à hauteur de 57 millions initialement proposés par le Conseil d’Etat au dépens de la fonction publique ont été retirées. Celle-ci fait néanmoins une fois de plus les frais de la politique de compression des dépenses en se voyant refuser l’indexation des salaires prévus par la loi. La volonté de la droite d’aligner les conditions de travail des fonctionnaires sur celles du secteur privé s’appuie sur le mythe, largement infondé si l’on examine les statistiques, de fonctionnaires surpayés. Le Parti socialiste souligne que la qualité des prestations est directement dépendante de la capacité de l’Etat à recruter du personnel bien formé, compétent et motivé.

Le refus du budget aurait eu pour conséquence l’application en 2019 du budget 2018 sous le régime des douzièmes provisoires. Cela aurait signifié renoncer aux 338 postes supplémentaires prévus ainsi qu’aux augmentations des budgets pour l’école, le social, la santé et la mobilité. Face à cette éventualité, le groupe socialiste s’est mobilisé pour construire une majorité en faveur du vote d’un budget ; le dépôt d’amendements pour un total de 25 millions CHF afin de faire face aux besoins de différents services a permis au final le ralliement d’Ensemble à gauche au vote du budget.

Le Parti socialiste prend acte que le PDC et le PLR ne sont pas des partenaires de discussion autour du budget. Ces partis, pourtant gouvernementaux, se sont entêtés dans des positions dogmatiques, ont été incapables d’apporter des propositions politiques concrètes en se bornant à formuler des demandes de coupes linéaires et n’ont pas hésité une seconde à désavouer leurs propres Conseillère et Conseillers d’Etats. Grâce aux socialistes, à leurs partenaires de l’Alternative et au MCG, le Canton de Genève dispose d’un budget 2019 permettant à la fonction publique de travailler et de fournir les prestations à l’ensemble de la population.

Pour plus d’informations :

  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS Genevois, Députée à la commission des finances (079 796 36 23)
  • Thomas Wenger, Chef de groupe, Député (079 476 69 45),
  • Christian Dandrès (079 738 23 66), Alberto Velasco (079 373 82 29), Député-e-s socialistes à la commission des finances
Publié dans ,