Grande précarité : Un toit pour toutes et tous !

Le Parti socialiste genevois demandera ce soir l’urgence au Grand Conseil pour que de nouvelles structures d’accueil permanentes à destination des personnes sans-abri soient ouvertes sans délai dans le canton. 

Le mois dernier, les abris de la protection civile ouverts par la Ville de Genève en novembre ont fermé leurs portes. Comme chaque année au mois de mars, ce sont ainsi des dizaines de personnes qui, après avoir été hébergées provisoirement dans ces abris souterrains, se sont retrouvées du jour au lendemain à la rue. Selon les associations actives dans la lutte contre la grande précarité, ils et elles sont entre 400 et 1000 à chercher quotidiennement un abri à Genève. Faute de solution pérenne d’hébergement et de places suffisantes, ces personnes n’ont souvent d’autre choix que de se constituer de précaires abris de fortune, sous les ponts, dans les caves, les parcs ou les places publiques. Dans une des villes les plus riches du monde, cette situation est profondément scandaleuse et totalement inacceptable.

Pour pallier aux besoins actuels et parce que les risques mortels d’une vie à la rue sont les mêmes en été et en hiver, le Parti socialiste genevois demande au Conseil d’Etat de soutenir activement les communes qui souhaitent ouvrir de nouvelles structures d’accueil permanentes et réclame l’ouverture d’une telle structure également au niveau cantonal. Ces structures sont nécessaires pour lutter contre la grande précarité et garantir le droit fondamental de toutes et tous à « mener une existence conforme à la dignité » (art. 12 de la Constitution fédérale). Laisser des personnes plonger dans l’extrême précarité et aggraver la progression de leur marginalité représente en outre un coût social et matériel important. La réinsertion sociale de ces personnes devient en effet de plus en plus difficile et les services des collectivités publiques doivent en assumer les conséquences, que ce soit en termes de sécurité, de voirie, d’entretien des espaces publics ou encore de police.

Depuis 2014, le Parti socialiste genevois, par une motion déposée et votée en Ville de Genève, et par la motion pour laquelle il demande aujourd’hui l’urgence au Grand Conseil exige du Canton qu’il prenne enfin ses responsabilités, dans le respect des impératifs constitutionnels cantonaux et fédéraux, et agisse résolument pour lutter contre la grande précarité. Il est temps de sortir du déni et de la politique bricolée concernant la grande précarité en élaborant des solutions pragmatiques et économiques. C’est également ce que demandaient les associations qui ont dressé 200 tentes sur la plaine de Plainpalais le 2 avril dernier, avant que la neige et le froid ne recouvrent Genève. Le Parti socialiste genevois espère vivement que les autres partis prendront conscience de l’urgence de la situation et soutiendront cette motion. Quelle que soit l’issue du vote ce soir, il continuera de lutter aux côtés des associations pour qu’enfin, à Genève, toutes et tous aient un toit.


Lien vers la motion
Lien vers le rapport de la commission des affaires sociales


Pour plus d’informations :

  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS genevois, Députée (079 796 36 23)
  • Thomas Wenger, Chef de groupe, Député (079 476 69 45)
  • Sylvain Thévoz (078 629 85 15), Léna Strasser (076 615 75 49), Député-e-s à la commission sociale