Banner_10 juin2

Votation 10 juin 2018

VOTATION FÉDÉRALE

OUI À UNE MONNAIE À L’ABRI DES FAILLITES BANCAIRES

Votation fédérale n°1 : Acceptez-vous l'initiative populaire du 1er décembre 2015 «Pour une monnaie à l'abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»?

Les Socialistes appellent à voter OUI, car cette initiative permet de stabiliser le système financier Suisse, et redonne à la Banque nationale sa position d’unique créatrice de monnaie. La monnaie pleine est le moyen légal de paiement produit par la Banque nationale suisse (BNS), sa valeur est intégralement assurée par l’Etat. La monnaie pleine existe sous forme de billets de banque et de pièces, et représente 10% de la monnaie en circulation. À l’inverse, l’argent électronique est produit par les banques privées lorsqu’elles accordent un crédit ou qu’elles achètent un placement financier. Cet argent électronique virtuel (dit scriptural) représente 90% de la monnaie en circulation. Il n’est que partiellement converti par de l’argent légal et n’est qu’une promesse de la banque de payer le client en monnaie légale, quand il le demande. Cela signifie qu’en cas de crise, si le client d’une banque souhaite récupérer son argent, il n’est pas certain que la banque soit en mesure de rendre la créance qu’elle lui doit. De plus, les bénéfices des crédits accordés par les banques privées enrichissent les actionnaires et ne sont pas redistribués à la collectivité.

Avec cette initiative, les banques privées ne pourront plus créer de l’argent scriptural. Les institutions privées travailleront uniquement sur une base économique réelle, avec de l’argent réel. En cas de faillite, les collectivités publiques n’auront plus à éponger les pertes, et les épargnant-e-s ne perdront plus les dépôts qu’ils-elles auront faits dans les banques. L’initiative permet donc de renforcer l’économie réelle et de limiter la spéculation sur les marchés financiers. La Banque nationale attribuera, sans dettes, l’argent nouvellement créé à la Confédération et aux cantons ou directement aux citoyen-ne-s. Les bénéfices générés par la création monétaire profiteront ainsi à la collectivité tout entière. L’argent servira ainsi l’intérêt public, avant d’enrichir les banques privées.

POUR UNE MEILLEURE PROTECTION CONTRE LA DÉPENDANCE AUX JEUX

Votation fédérale n°2 : Acceptez-vous la loi fédérale du 29 septembre 2017 sur les jeux d'argent (LJAr)?

Les Socialistes appellent à voter OUI, car cette loi permet un meilleur contrôle des jeux en ligne et est un outil pour lutter contre l’addiction aux jeux d’argent. Les jeux en ligne ne seront autorisés que sur la base de concessions délivrées par la Confédération, ce qui permettra d’exercer un contrôle sur les acteurs du marché, et offrira un moyen efficace de lutte contre le blanchiment d’argent.
Par ailleurs, en 2012, le peuple a exprimé sa volonté de voir les bénéfices des jeux de hasard continuer à profiter à l'AVS/AI ainsi qu'à des buts d'utilité publique (culture, secteur social et sport). Les bénéfices sur impôt des casinos permettent de reverser, par année, environ 300 millions à l’AVS/AI et aux fonds cantonaux de loteries, un apport dont profitent par exemple Swiss Olympic, les équipes sportives juniors, le Musée suisse des transports, le Château de Chillon, etc. Les exploitants des jeux en ligne, non autorisés en Suisse et basés à l’étranger, contournent ces exigeances et ne participent ni à l’AVS, ni aux fonds cantonaux. Cette loi permettra de s’assurer que ce ne soit plus le cas.
Avec l’évolution numérique, de plus en plus d’adeptes de jeux d’argent se tournent vers les jeux en ligne. Il est donc nécessaire d’adapter la loi actuelle pour qu’elle englobe les nouvelles technologies. De surcroît, les entreprises étrangères qui proposent des jeux d’argent en ligne ne sont pas obligées de prendre des mesures contre la dépendance au jeu. Or, les jeux en ligne sont connus pour être particulièrement addictifs, et ce en particulier chez les jeunes. Il est donc primordial d’instaurer un contrôle afin de protéger les joueurs et de prévenir le surendettement.

VOTATION CANTONALE

PAS DE RETRAITES AU RABAIS !

Votation cantonale n°1 : Acceptez-vous la loi modifiant la loi sur la Caisse de prévoyance des fonctionnaires de police et des établissements pénitentiaires (LCPFP) (11773) du 12 octobre 2017?

Les Socialistes appellent à voter NON, car cette loi s’inscrit dans une longue série d’attaques contre les prestations publiques et les retraites des employé-e-s de l’État. Elle est issue du plan d’économies proposées par le Conseil d’Etat en 2015 qui a provoqué un mouvement de grève historique de la fonction publique et entraîné le refus du budget 2016 de l’Etat. Cette loi prévoit que les fonctionnaires de police et des établissements pénitentiaires paient 100% de leurs rattrapages de cotisations LPP en cas de promotion, alors que jusqu’ici l’Etat-employeur en assumait 66%. Par conséquent, il y aura soit une baisse des salaires nets, soit une baisse des rentes des assuré-e-s. Les rentes AVS et LPP devraient permettre à tous les salarié-e-s du public et du privé de mener une vie digne à la retraite. C’est loin d’être le cas. Ce n’est pas en supprimant un avantage acquis par une catégorie de fonctionnaires que l’on y parviendra. L’égalité en matière de retraites ne doit pas se faire vers le bas, mais doit, au contraitre, se faire en défendant les meilleurs régimes et en améliorant les régimes les moins favorables. Il est injuste de couper dans les retraites des fonctionnaires de police et d'établissements pénitentiaires ayant servi la collectivité pendant des années.
Refuser ces baisses de prestations, c’est soutenir des salarié-e-s qui travaillent au quotidien pour la sécurité des Genevois-es et c'est aussi affirmer la nécessité de défendre les retraites de toutes et tous les salarié-e-s.

OUI À 12’4OO LOGEMENTS ET 6’200 EMPLOIS!

Votation cantonale n°2 : Acceptez-vous la loi modifiant la loi 10788 relative à l’aménagement du quartier « Praille-Acacias-Vernets », modifiant les limites de zones sur le territoire des Villes de Genève, Carouge et Lancy (création d'une zone 2, de diverses zones de développement 2, d'une zone de verdure et d'une zone de développement 2 prioritairement affectée à des activités mixtes) (L 12052), du 23 février 2018?

Les Socialistes appellent à voter OUI, car l’aménagement du quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV), situé sur les territoires des villes de Genève, Carouge et Lancy, ouvrira la plus grande construction de logements de notre canton. Il s’agit de la transformation de la plus vaste et ancienne zone industrielle et artisanale genevoise, en un quartier urbain mixte, qui développera de l’habitat et accueillera des entreprises, ainsi que de nombreuses activités commerciales, culturelles et sociales. Cet aménagement est primordial dans un canton qui souffre d’une grave pénurie de logements, et où de trop nombreux locaux commerciaux sont laissés vides. Par ailleurs, le développement économique engendré par les activités des entreprises installées dans ce quartier permettra de favoriser l’emploi grâce à la création de nouvelles places de travail. Ce projet favorise également le renforcement de la mixité sociale grâce aux différentes catégories de logements qui seront construits sur les terrains en main publique. Il y aura une part minimale de 88% de logements à louer, dont 64% de logements d’utilité publique (LUP), comme des chambres destinées à des étudiant-e-s et des logements à loyers libres contrôlés. Les 12% restants seront réservés à la vente d’appartements en propriété par étage (PPE). Cette répartition des catégories de logements est nécessaire pour assurer l’équilibre financier des projets immobiliers, qui doivent prendre en compte les surcoûts engendrés par le processus de libération des terrains industriels actuellement occupés sur cette zone. Les Socialistes vous encouragent donc à accepter un projet qui créera 12’400 logements et 6200 places de travail, et constituera un centre névralgique, relié au reste du canton par un réseau de transports publics performants, et par la mise en service du Léman Express.