L’aménagement du quartier du PAV remis sur les rails

L’aménagement du quartier du PAV remis sur les rails

 

Le Grand Conseil a modifié aujourd’hui la loi d’aménagement du PAV afin de donner une nouvelle impulsion à la mutation de ce secteur. Le pourcentage de logements est augmenté et une part de propriétés par étage introduite. Le Parti socialiste salue ce vote qui respecte l’accord passé entre l’État et les défenseurs des locataires. Les Socialistes fustigent les attaques de la droite visant à diminuer le nombre de logements à loyer abordable et à augmenter le nombre d’objets livrés à la spéculation immobilière.

Le Grand Conseil a voté ce soir des modifications à la loi d’aménagement du quartier Praille-Acacias-Vernets (PL 12052-A). Alors que l’ancienne loi prévoyait de construire autant de logements que de places de travail sur les parcelles en mains publiques, la nouvelle prévoit deux logements pour une place de travail, soit 12’400 logements pour 6’200 emplois, sans modification de la densité et des surfaces construites. De plus, une part de 12% de logements destinés à la vente en propriété par étage (PPE) est prévue. Le nombre absolu de logements d’utilité public (LUP) n’est, lui, pas modifié.

Le Parti socialiste estime que ces modifications de la loi, votée en 2011 par l’ensemble des partis au Grand Conseil, représentent un compromis nécessaire pour que la mutation de ce quartier avance enfin. L’augmentation de la proportion de logements était nécessaire dans un canton qui souffre d’une grave pénurie de logements et où de trop nombreux locaux commerciaux sont laissés vides. La modification de la répartition des catégories de logements était par ailleurs inévitable pour assurer l’équilibre financier des projets immobiliers qui doivent prendre en compte les surcoûts engendrés par le processus de libération des terrains actuellement occupés.

La Parti socialiste rappelle que ces modifications légales découlent d’un avenant à l’accord signé par l’Etat en 2011 avec les milieux de défense des locataires (Asloca, Communauté genevoise d’action syndicale, Parti socialiste Ville de Genève) et qu’elles ont été favorablement préavisées par les communes de la Ville de Genève, de Carouge et de Lancy.

Les Socialistes ont dû se battre jusqu’au vote final contre la volonté de la droite PDC-PLR-UDC de diminuer le nombre de logements à loyer abordable qu’elle avait pourtant accepté lors du vote de la loi initiale en 2012. La droite a une nouvelle fois fait preuve d’irresponsabilité vis-à-vis des Genevois-es qui doivent pouvoir se loger à prix abordable sans être les proies des spéculateurs immobiliers.

Pour plus d’informations :

  • Carole-Anne Kast, Présidente (079 310 48 90)
  • Romain de Sainte Marie, Chef de groupe (079 395 23 85)
  • Caroline Marti (079 796 36 23), Christian Dandrès (079 738 23 66), Jean-Louis Fazio (079 214 38 06), Député-e-s à la commission de l’aménagement
Publié dans