Skip to content

PDC-PLR-MCG et UDC refusent tout progrès en matière d’accès aux soins dentaires

Grand Conseil
PDC-PLR-MCG et UDC refusent tout progrès en matière d’accès aux soins dentaires

Le Grand Conseil a refusé aujourd’hui d’opposer un contre-projet à l’initiative cantonale « pour le remboursement des soins dentaires », après avoir refusé l’initiative en août 2017. Alors qu’une personne sur cinq doit renoncer à des soins dentaires à Genève pour des raisons financières, la majorité de droite, par son refus de l’initiative 160, empêche de combler une lacune évidente du système suisse d’assurance, comme elle l’a fait pendant des décennies en matière d’assurance maternité. Le Parti Socialiste, qui avait déposé une motion en faveur du remboursement des soins dentaires en 2013, souligne que la prévention, aussi importante soit-elle, ne peut éviter toutes les affections bucco-dentaires face auxquelles les individus sont inégaux. L’initiative assurerait un accès aux soins pour tous et contribuerait à faire baisser les coûts totaux des soins dentaires grâce au renforcement de la prévention, à une prise en charge précoce des affections et à une régulation des tarifs des dentistes.

Selon une étude pilotée par les HUG en 2012, une personne sur cinq renonce à se faire soigner les dents. Cette proportion monte à une personne sur trois dans les ménages les plus pauvres. Une corrélation forte est observée entre la capacité financière des ménages et la santé dentaire en l’absence d’une prise en charge des soins par une assurance. Les dents sont en effet la seule partie du corps non couverte par la LAMal, à l’exception de quelques affections particulières. De nombreux ménages modestes n’ayant pas droit aux prestations complémentaires ou à l’aide sociale renoncent à des soins dentaires pour des raisons financières, ce qui conduit à une santé dentaire à deux vitesses.

Pour y faire face, le groupe socialiste avait déposé en 2013 déjà une motion demandant la mise en place d’une assurance des soins dentaires et, dans l’attente de cette réalisation, la mise en place de contrôles dentaires gratuits. Celle-ci est restée bloquée en commission pendant des années en raison de l’opposition d’une majorité PDC-PLR-MCG et UDC. La même majorité a refusé en août 2017 l’initiative populaire 160 « pour le remboursement des soins dentaires », déposée en 2016 par le Parti du Travail et soutenue par les partis de l’Alternative.

Aujourd’hui, le contreprojet minimaliste proposé par la Commission de la santé après une année de travaux a été refusé après la volte-face du PLR qui soutient qu’il ne faut tout simplement ni faire de la prévention ni financer des soins de base et que c’est à chacun-e individuellement de se débrouiller avec ses problèmes dentaires et leurs coûts.

Le Parti socialiste souligne que, malgré son importance, la prévention ne permettra jamais d’éviter toutes les caries et affections bucco-dentaires. La carie est une maladie qui ne tient pas qu’à la qualité de l’hygiène dentaire individuelle. De nombreux facteurs, notamment génétiques, influencent la santé bucco-dentaire. De plus, les problèmes dentaires non soignés ont de lourdes répercussions en matière de santé et engendrent des coûts ultérieurs souvent importants, par exemple en matière de diabète. Pour le Parti Socialiste, seule l’adoption de l’initiative assure un accès aux soins pour toutes et tous et contribuera à faire baisser les coûts totaux des soins dentaires, grâce à une prise en charge précoce des affections et à une régulation des tarifs des dentistes.

Pour plus d’informations :

  • Carole-Anne Kast, Présidente (079 310 48 90)
  • Thomas Wenger, Député, Chef de groupe (079 476 69 45)
  • Sylvain Thévoz, Député à la commission de la santé et rapporteur de minorité, (078 629 85 15)
Publié dans
Scroll To Top