Skip to content

Le Parti socialiste veut mettre fin à la baisse du revenu durant le congé maternité

L’arrivée d’un enfant est encore synonyme de baisse de revenu, de précarisation des femmes et de fragilisation de leur situation professionnelle. L’indemnisation du congé maternité à 100% est en vigueur dans plusieurs pays d’Europe et est pratiquée à Genève par certaines collectivités publiques et entreprises. Pour le Parti Socialiste, c’est un investissement nécessaire pour améliorer la politique familiale, lutter contre l’inégalité homme-femme et favoriser l’insertion des femmes sur le marché du travail. Le Parti socialiste a donc déposé un projet de loi pour rehausser l’indemnisation du congé maternité, sur le plan cantonal, de 80 à 100% du salaire assuré.

Le congé maternité cantonal, puis le congé maternité fédéral avec des compléments cantonaux, sont les fruits de décennies de mobilisation en faveur d’une meilleure politique familiale, de l’égalité hommes-femmes et de l’insertion des femmes sur le marché du travail. Le système actuel comporte encore d’importantes lacunes ; l’arrivée d’un enfant est encore synonyme de baisse du revenu, de précarisation de la femme et de fragilisation de sa situation professionnelle. Alors que les dépenses ponctuelles et les charges durables augmentent dès la naissance d’un enfant, l’assurance maternité verse une indemnité, soumise aux charges sociales, équivalente à 80% du salaire et non à 100%.

De nombreux pays qui nous entourent ont adopté un système d’indemnisation du congé maternité à 100%, notamment l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche ou la France. Cette mesure de politique familiale peut avoir une influence positive sur le taux de fécondité. Ceux-ci se situent en Europe souvent en dessous du seuil de remplacement des générations de 2,1 enfants par femme en moyenne. A Genève, le nombre moyen d’enfants par femme est de 1,47.

La hausse de l’indemnisation du congé maternité constituerait un coup de pouce dans la lutte contre les inégalités salariales hommes-femmes puisque ces dernières subissent encore des salaires, et donc des rentes, en moyenne 20% plus bas que les hommes. C’est aussi un investissement nécessaire en matière de politique économique, puisque l’amélioration des conditions d’arrivée d’un enfant dans un ménage où la femme est active ne peut que favoriser l’insertion durable des femmes sur le marché du travail.

Certaines collectivités publiques et entreprises indemnisent déjà le congé maternité à 100%. La hausse de l’indemnisation légale mettrait sur pied d’égalité toutes les femmes, en faveur de celles qui disposent le plus souvent des plus bas salaires. Elle placerait tous les employeurs sur un pied d’égalité en matière de prestations lors de la maternité alors qu’aujourd’hui ce sont avant tout ceux qui sont actifs dans les secteurs à forte valeur ajoutée et hauts salaires qui peuvent financer le maintien du salaire à 100%. Selon l’évaluation financière réalisée, le passage d’une indemnisation de 80 à 100% coûterait une vingtaine de millions de francs, ce qui équivaut à un prélèvement supplémentaire sur les salaires de moins de 0,068%, soit CHF 2,72 sur un salaire de CHF 4’000.- ou de CHF 5,44 sur un salaire de CHF 8’000.-, pris en charge paritairement.

Pour le Parti socialiste, la hausse de l’indemnisation du congé maternité est une nécessité en matière de politique familiale, de lutte pour l’égalité hommes-femmes et d’insertion des femmes sur le marché du travail. Le dépôt d’un projet de loi en ce sens est pleinement d’actualité alors que se prépare une nouvelle Grève des femmes le 14 juin prochain.

Lire le projet de loi

Pour plus d’informations :

  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS Genevois (079 796 36 23)
  • Thomas Wenger, Chef de groupe, (079 476 69 45),
  • Salima Moyard, Députée, (079 302 53 56)
Scroll To Top