Votations du 9 février 2020 : le logement en sursis !

Les Socialistes ont pris connaissance avec regret du résultat des objets cantonaux et fédéraux concernant le logement. Force est de constater que les milieux immobiliers et les associations de propriétaires ont mené des campagnes écrasantes contre des projets pourtant favorables à l’intérêt général et à toutes les catégories de la population.

Rejet de l’initiative en faveur des logements abordables : les locataires en feront les frais

Les Socialistes regrettent le rejet de cette initiative mais remercient les électeurs et électrices genevois-es d’avoir soutenu cette initiative de l’ASLOCA. Le PS genevois remercie également les militant-e-s qui ont mené campagne ces dernières semaines sur les stands, dans la rue ou encore avec les associations pour convaincre la population. Alors que le droit au logement est un droit fondamental inscrit dans la Constitution, la pénurie de logements abordables est une réalité que trop de ménages connaissent, à Genève particulièrement. Le rejet au niveau fédéral est particulièrement inquiétant mais les résultats par canton soulignent de fortes disparités régionales. Force est de constater que les cantons où la forte pénurie fait grimper les loyers acceptent largement cette initiative. La Confédération doit impérativement trouver des outils concrets afin de mettre fin à la logique spéculative pour garantir des conditions décentes de logement pour toutes tous. Le Parti socialiste continuera de se battre pour que le droit au logement pour toutes et tous soit enfin respecté.

Modifications de zones à Meyrin et Vernier : rejet regrettable d’un projet ambitieux

Le Parti socialiste genevois prend acte, avec regret, du refus des modifications de zones à Meyrin et Vernier. La construction de nouveaux logements prévue dans ces zones aurait permis d’apporter une réponse à la pénurie de logements que connaît Genève depuis de nombreuses années tout en créant de véritables espaces de vie répondant aux besoins de toutes les catégories de la population. La succession de refus de nouvelles constructions qui auraient permis à notre canton de proposer de nouveaux logements, plutôt que de faire peser la croissance du canton en dehors de nos frontières est particulièrement préoccupante.

Les zones villas occupent une forte surface du canton mais représentent une faible proportion d’habitant-e-s. Densifier ces zones à Meyrin et Vernier aurait permis la construction de logements abordables tout en garantissant la protection des zones agricoles comme demandé par la Confédération.

Discrimination et incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle : Un pas historique pour l’égalité et le respect des droits de toutes et tous!

Le Parti socialiste genevois se réjouit qu’une large majorité de la population ait accepté cette initiative parlementaire du Socialiste Mathias Reynard, visant à étendre la « norme antiraciste » aux propos homophobes. Avec plus de 76% de votes positifs, les Genevois-es se sont montré-e-s particulièrement ouverts et responsables face à cet objet permettant de lutter contre toute forme de discrimination envers les personnes homosexuelles. Désormais, les propos homophobes ne peuvent plus être considérés comme une opinion et deviennent, aux yeux de la loi, autant inacceptables que les insultes racistes. Le résultat de ce jour est un pas historique pour les droits humains.

Cependant les discriminations envers les minorités sexuelles restent une réalité et nous devons continuer à œuvrer pour une égalité de droit et de fait quel que soit son genre, son sexe ou son orientation sexuelle. Les prochaines discussions qui auront lieu au parlement fédéral sur le mariage pour toutes et tous seront capitales. Les Socialistes continueront de défendre ce projet, incluant le droit à la procréation médicalement assistée, pour une Suisse ouverte et égalitaire.

Maintien de l’impôt sur les chiens : un soulagement pour les collectivités publiques

Conscient des atouts et des défauts de cette loi, le Parti socialiste avait fait le choix de ne pas donner de consigne de vote pour cet objet. L’utilité de cette contribution financière est reconnue pour la société dans son ensemble et en particulier pour les collectivités qui se chargent de l’entretien de l’espace public et de la mise à disposition de matériel pour les propriétaires de chiens. Grâce au maintien du prélèvement de cet impôt, les communes, principales concernées, pourront continuer d’assurer la propreté de nos rues et favoriser ainsi le « vivre ensemble ».

Pour plus d’informations :

  • Gérard Deshusses, Président du PS genevois (079 605 67 84)
  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS genevois (079 796 36 23)
Publié dans , ,