La gauche au front pour défendre le droit à l’alimentation

La crise sanitaire que nous vivons révèle la fragilité extrême de toute une frange de la population dont les besoins les plus élémentaires ne sont pas ou plus couverts. Pour pallier cette situation dramatique, les Socialistes, les Verts et Ensemble à Gauche demanderont lundi le vote en urgence de trois projets parlementaires visant à garantir l’accès à l’alimentation pour toutes et tous.

La crise actuelle et avec elle le déploiement en urgence de distributions de colis alimentaires par des collectifs et associations de la société civile ont donné lieu à des scènes que l’on n’aurait jamais pensé voir à Genève, révélant une réalité jusqu’alors peu visible bien que connue des acteurs de terrain. Ce sont plusieurs milliers de personnes qui ont ainsi fait la queue pour obtenir des produits alimentaires de base. Parmi elles et eux, des travailleur-euse-s pauvres, des personnes sans papier, des chef-fe-s de famille monoparentale, des personnes âgées avec une retraite insuffisante, des requérant-e-s d’asile, ou encore des personnes sans abri et/ou sans emploi. Tou-te-s subissent la crise actuelle de plein fouet et, en l’absence d’un filet social suffisant, n’ont d’autre choix que de s’en remettre à la charité pour se nourrir.

Créer un fonds afin de financer les mesures d’accès à l’alimentation
Cette situation témoigne de graves lacunes dans l’action de l’Etat, qui se révèle incapable de couvrir les besoins vitaux de sa population. Pour changer cet état de fait inacceptable, les Socialistes réclament la création d’un fonds destiné à financer les mesures d’accès à l’alimentation. Ce fonds, alimenté annuellement à hauteur de 4 millions, doit permettre de garantir le droit à l’alimentation de tou-te-s, y compris et surtout en temps de crise.

Garantir le droit à la distribution d’aide alimentaire et mettre en place un mécanisme financier cantonal et intercommunal pour l’aide alimentaire, distribué équitablement
Scandalisé-e-s par l’intervention policière démesurée à la mi-avril, se soldant par l’arrêt de la distribution de vivres par l’association Caravane de solidarité et l’arrestation de sa Présidente, les Vert-e-s genevois-e-s ont déposé une motion. Le Conseil d’Etat est invité à autoriser systématiquement et de manière pérenne les associations à effectuer des distributions de produits de première nécessité dans l’espace public et à informer la police cantonale de cette décision, afin qu’elle cesse d’entraver la distribution d’aide alimentaire. En outre, de manière similaire à leurs allié-e-s socialistes, les Vert-e-s revendiquent la mise en place d’un mécanisme financier pérenne pour l’aide alimentaire. La manne financière devrait être distribuée équitablement entre l’ensemble des acteurs-trices impliqué-e-s et avec une attention particulière pour les bénéficiaires les plus durement touché-e-s par la crise.

En outre, les Vert.e.s ont décidé de déposer une pétition munie de plus de 650 signatures, demandant expressément l’arrêt de toute procédure à l’encontre de la Présidente de la Caravane de Solidarité Genève, l’octroi rétroactif et pérenne d’une autorisation pour ses distributions de l’association ainsi que « la mise à disposition de moyens et la facilitation de ces distributions par les autorités cantonales et municipales. »

Aider les associations à répondre aux besoins sociaux des principales victimes de la crise
Face à cette crise, les associations actives dans les domaines de l’aide alimentaire, de l’aide sociale, de la santé, de l’asile ou des violences sexistes sont actuellement très sollicitées. Alors que la plupart de ces associations fonctionnaient déjà à flux tendu avant la pandémie, elles n’arrivent bien souvent aujourd’hui plus à répondre aux demandes de soutiens, qui se sont multipliées ces dernières semaines. Dès lors, le PS, les Verts et Ensemble à Gauche demandent au Conseil d’Etat, au travers d’une résolution, d’identifier les associations qui auraient besoin d’aides financières supplémentaires afin de répondre aux demandes croissantes auxquelles elles font face ainsi que d’évaluer rapidement leurs besoins. Sur cette base, le Conseil d’Etat pourra déposer des projets de loi ouvrant des crédits extraordinaires en faveur de ces associations d’ici à la prochaine session du Grand Conseil, début juin. C’est le rôle de l’Etat de s’assurer que les associations œuvrant en première ligne aient les moyens de répondre aux demandes des personnes précarisées ou fragilisées par la crise.

Le groupe Socialiste, les Verts et Ensemble à gauche, espèrent vivement que ces mesures urgentes permettant de garantir la couverture d’un besoin aussi fondamental que se nourrir, dans une situation où il n’a jamais été aussi directement menacé, obtiendront un large soutien en plénière du Grand Conseil.

Pour plus d’informations :

  • Sylvain Thévoz, député, commissaire à la santé et auteur du projet de loi « Sur la création d’un fonds garantissant le droit à l’alimentation » (078 629 85 15)
  • Léna Strasser, députée et cheffe de groupe (076 615 75 49)
  • Jocelyne Haller, députée Ensemble à Gauche et cheffe de groupe, auteure de la résolution « COVID-19: soutenir les associations œuvrant en première ligne » (076 382 01 82)
  • Marjorie de Chastonay, députée Verte et signataire de la motion « Soutenir l’aide alimentaire pour répondre à l’urgence sociale » (077 415 33 50)
  • Omar Azzabi, Conseiller municipal Verts, Ville de Genève et dépositaire de la pétition « Stop aux poursuites à l’encontre de la Caravane de solidarité Genève » (076 387 41 86)