Les député-e-s socialistes rallient une majorité pour soutenir les hôtels et cafés-restaurants de Genève

Les député-e-s du Grand Conseil ont voté un projet de loi contenant plusieurs mesures pour soutenir les secteurs en grande difficulté du tourisme, de l’hôtellerie et des cafés, restaurants et bars genevois. Si l’initiative vient du Conseil d’État, le groupe socialiste est parvenu, à l’issue d’un travail de commission laborieux, à réunir une large majorité autour d’une série d’amendements qui en améliorent substantiellement la teneur.   

Fermetures prolongées, réouvertures contingentées et maintien d’un dispositif sanitaire contraignant : les conséquences économiques de la crise sanitaire du Covid-19 dans les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et des cafés, restaurants et bars sont énormes. Les dirigeant-e-s des établissements concernés appréhendent aujourd’hui la période estivale, qui représente d’ordinaire une part importante de leur chiffre d’affaires. La faute à une reprise qui se fait attendre ; avec des recettes en berne, une baisse importante de la fréquentation et des milliers de réservations annulées, les craintes de ces professionnel-le-s sont réelles et fondées.

Pour y répondre, les député-e-s du Grand Conseil ont voté hier soir un projet de loi permettant d’apporter une aide concrète, ciblée et rapide pour soutenir la relance de ce secteur économique. Alors que le projet de loi initial émanait du Conseil d’État, celui voté en plénière ce soir en est une version substantiellement améliorée grâce à une série d’amendements socialistes.

En substance, les Socialistes se sont opposé-e-s, avec succès, au financement partiel de 10’000 nuitées dans les modalités initialement prévues par le Conseil d’État, soit à raison de 100.- par étoile et par chambre. Une telle aide aurait en effet profité à des établissements luxueux, souvent détenus par de grands groupes internationaux dont les réserves financières importantes permettent aujourd’hui d’absorber les pertes liées à la crise du Covid-19.

Si le PLR a accepté de remplacer cette mesure par l’émission de 25’000 « chèques tourisme » d’une valeur nominale de 100 francs et à faire valoir dans les hôtels, chambres d’hôtes agréées et restaurants du canton, il a en revanche tenté de supprimer une autre mesure phare du projet de loi, l’émission de chèques à destination cette fois des habitant-e-s du canton, à faire valoir dans les cafés-restaurants et bars. Les Socialistes se sont bien sûr opposé-e-s à cette suppression et en ont même demandé une prolongation dans la durée, estimant indispensable d’inciter les Genevois-es à retourner dans les restaurants du canton. Au final, ce seront donc 40’000 « chèques cafés-restaurants et bars » d’une valeur nominale de 25 francs qui seront créés.

Ces chèques pourront être utilisés pour les premiers jusqu’au 31 décembre et pour les seconds jusqu’au 30 septembre de cette année. Le Parti socialiste genevois se félicite d’avoir réussi à construire une majorité politique autour de ces mesures qui permettront aux professionnel-le-s du tourisme et de la restauration d’aborder plus sereinement la saison qui s’ouvre.

Pour plus d’informations :

  • Thomas Wenger, commissaire à l’économie et rapporteur de majorité (079 476 69 45)
  • Léna Strasser, députée et cheffe de groupe (076 615 75 49)
  • Caroline Marti, députée et vice-présidente du PS Genevois (079 796 36 23)
Publié dans ,