Votation du 29 novembre 2020 : les mots d’ordre du Parti socialiste genevois

Réuni-e-s en Assemblée générale mercredi soir, les Socialistes se sont prononcé-e-s sur les objets qui seront soumis à votation populaire le 29 novembre prochain. Les Socialistes ont largement décidé de soutenir les objets fédéraux, faisant appel à la responsabilité de la Suisse dans ses investissements et ses engagements internationaux. Sur le plan cantonal, le projet de loi constitutionnel sur les droits politiques des personnes en situation de handicap a naturellement été unanimement soutenu par les militant-e-s socialistes. Quant au déclassement d’une zone sur la commune d’Avusy, les Socialistes ont appelé à s’y opposer.

Objets fédéraux

Pour que justice soit faite : OUI aux multinationales responsables

Quand elles exercent à l’étranger, les quelque 1500 entreprises multinationales dont le siège est en Suisse devraient être exemplaires et veiller à ce que les normes environnementales ainsi que les droits humains soient respectés au cours de leurs activités. Et pourtant, actuellement, si une multinationale commet des dommages à l’étranger, les personnes lésées ne peuvent faire valoir leurs droits en Suisse, entraînant parfois une impunité révoltante. C’est ce que l’Initiative « Pour des multinationales responsables » vise à corriger : si elle est acceptée, elle obligera les entreprises multinationales à assumer leurs responsabilités en permettant aux personnes lésées de demander réparation en Suisse. En encourageant l’exemplarité et la responsabilité des entreprises, cette initiative se situe dans la ligne de ce que le PS a toujours défendu. Combattre l’exploitation des travailleuses et travailleurs, que ce soit en Suisse ou à l’étranger, mais aussi préserver les espaces naturels, dans et hors de nos frontières. C’est tout naturellement que les Socialistes ont choisi d’appeler à voter en faveur de cet objet.

STOP aux financements dans un secteur mortifère : OUI à l’initiative du GSSA

La Suisse est l’une des plus importantes places financières au monde. Avec le profit comme seule feuille de route, ce secteur agit régulièrement à l’encontre de tout sens moral. En effet, les grandes banques, de même que la Banque nationale, n’hésitent pas à investir des milliards dans le commerce de la guerre. Si elle est acceptée, l’initiative « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre » interdira à la Banque nationale et aux caisses de pension d’investir dans l’industrie de l’armement. Faut-il rappeler que les conflits armés font des dizaines de milliers de victimes chaque année, qu’ils condamnent des millions de personnes à l’exil ? Comme les conflits se déroulent à l’étranger, la place financière helvétique se permet d’investir sans complexe dans un commerce juteux. En autorisant le financement de ces entreprises, la Suisse a les mains sales et se voile la face : elle fait passer le profit avant les vies humaines. Sans aucune hésitation, les Socialistes appellent à voter OUI à cette initiative.

Objets cantonaux

OUI à la suppression d’une disposition excessive et injuste

La Constitution genevoise entrée en vigueur en 2013 introduisait une nouvelle disposition à l’égard des personnes « durablement incapables de discernement », qui pouvaient se voir privées de leurs droits politiques sur simple décision judiciaire. A l’usage, il s’est avéré que les juges ont eu tendance à priver de nombreuses personnes de leurs droits politiques, y compris celles qui n’étaient pas sous curatelle. Genève s’est ainsi trouvée dans une situation inacceptable, comptant un nombre important de citoyen-ne-s ne bénéficiant plus de leurs droits politiques au niveau cantonal et communal, mais pouvant toujours les exercer à l’échelon fédéral. Cette disposition constitutionnelle a été jugée injuste et excessive par l’assemblée du PS genevois, qui a naturellement accepté le projet de loi visant à la supprimer. Au-delà de sa forte charge symbolique, cette modification constitutionnelle permettra à Genève de se mettre en conformité avec le droit international, et en particulier avec la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) qui prévoit que les Etats « garantissent aux personnes handicapées la jouissance des droits politiques et la possibilité de les exercer sur la base de l’égalité avec les autres ».

NON à la création d’une zone industrielle à Avusy

Depuis plus de vingt ans, l’entreprise La Sablière du Cannelet exerce une activité industrielle dans une zone agricole. Pendant de nombreuses années, cette entreprise a bénéficié de la souplesse des autorités et d’avantages auxquels d’autres n’ont pas accès. Pour se conformer au cadre légal, les autorités doivent soit déclasser le terrain en zone industrielle, soit faire cesser les activités de cette entreprise et rendre ces terres à l’agriculture. Si les Socialistes reconnaissent l’importance de l’activité exercée par cette entreprise, qui consiste à traiter et recycler des déchets de chantier, ils et elles relèvent toutefois qu’il est indispensable de protéger et de préserver les zones agricoles, qui se font de plus en plus rares dans notre canton. Par ailleurs, les Socialistes craignent qu’en régularisant après plus de 30 ans une activité non conforme à la zone, cela crée un précédent préjudiciable au respect et à l’application à venir des règles d’aménagement du territoire.  Pour toutes ces raisons, les Socialistes ont décidé de s’opposer à la modification des limites de zones dans la commune d’Avusy.

Pour plus d’informations :

  • Gérard Deshusses, Président du PS genevois (079 605 67 84)
  • Caroline Marti, Vice-présidente du PS genevois (079 796 36 23)
Publié dans ,