Votations du 29 novembre 2020 : Genève fait preuve d’ouverture alors que la Suisse préfère le statu quo

Après une forte campagne ayant mobilisé les acteurs et actrices de la société civile et du monde politique, ce dimanche est marqué par des résultats genevois enthousiasmants tant sur les enjeux fédéraux que cantonaux. Malheureusement, la majorité des cantons ne semble pas prête à rappeler à la Suisse l’importance de se montrer responsable dans ses investissements et ses engagements internationaux entrainant le rejet, décevant, des deux initiatives fédérales.
Sur le plan cantonal, le Parti socialiste salue les résultats qui marquent la fin de deux situations injustes et abusives et permettent au canton de Genève de se mettre en conformité avec la loi.

 
Objets fédéraux
Les multinationales pourront continuer d’agir en toute impunité
Malgré un excellent résultat à Genève avec plus de 64% de Oui, l’initiative pour des multinationales responsables ne passe pas la rampe sur le plan fédéral car la majorité des cantons n’est pas atteinte. Le Parti socialiste prend acte de ce résultat décevant et remercie les Genevois-es qui se sont mobilisé-es durant de longs mois dans cette campagne. Si à Genève le message est passé, le résultat de ce jour laissera malheureusement le champ libre à des multinationales capables des pire crimes pour faire fructifier leurs profits.
La campagne de votation a permis de sensibiliser de très larges pans de la population suisse au comportement des grandes entreprises et aux lacunes existantes en matière de responsabilité sociale et environnementale. Les gens ne veulent plus voir des entreprises malhonnêtes s’en tirer à bon compte. Cette bataille continue – maintenant plus que jamais – et même si le contre-projet indirect ne prévoit que des brochures sur papier glacé pour que les entreprises rendent des comptes, nous continuerons à les surveiller de près et à évaluer la tenue de leurs promesses faites durant la campagne.
 
Les Socialistes continueront de défendre leurs engagements : combattre l’exploitation des travailleuses et travailleurs mais aussi préserver les espaces naturels. Le chemin est encore long car il existe de nombreux domaines où les inégalités subsistent, également à l’intérieur de nos frontières. Il s’agit notamment de défendre une politique fiscale solidaire, qui n’épargnerait ni les grandes fortunes ni les entreprises.
 
L’argent suisse continuera de tuer
Les Socialistes regrettent vivement le refus de l’initiative du GSSA ce dimanche dans les urnes. Alors que chaque année les conflits armés font des dizaines de milliers de victimes et condamnent des millions de personnes à l’exil, la place financière suisse, l’une des plus importantes du monde, n’hésite pas à investir massivement dans le commerce de guerre. Avec le résultat de ce jour, elle continuera donc à jouer un rôle clé dans ce business puisque les instituts financiers suisses comme la Banque nationale ou les grandes banques continueront à investir chaque année des milliards dans ce secteur mortifère. Ces investissements sont incompatibles avec la neutralité et la tradition humanitaire de la Suisse. Le Parti socialiste continuera son combat pour un monde plus pacifique dans lequel la Suisse ne se voilerait plus la face et deviendrait une véritable actrice.
 
Objets cantonaux
Enfin l‘égalité politique pour les personnes handicapées
Le Parti socialiste salue la décision des Genevois-es d’abolir une disposition excessive et injuste selon laquelle de trop nombreuses personnes se voyaient privées des leurs droits politiques sur simple décision judiciaire au motif de leur handicap ou de leur âge. Grâce au vote des Genevois-es, les personnes en situation de handicap seront enfin considérées comme des citoyen-nes à part entière.  Le résultat de ce jour met également fin à une situation aberrante qui empêchait des citoyen-nes de voter au niveau cantonal et communal alors qu’ils-elles pouvaient toujours exercer leurs droits politiques à l’échelon fédéral.
Enfin, au-delà de sa forte portée symbolique, cette modification constitutionnelle permettra à Genève de se mettre en conformité avec le droit international, et en particulier avec la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) qui prévoit que les Etats « garantissent aux personnes handicapées la jouissance des droits politiques et la possibilité de les exercer sur la base de l’égalité avec les autres ».
Ce vote est le résultat d’une belle campagne de mobilisation, qui a réuni largement des acteurs et actrices de l’échiquier politique, à droite comme à gauche. Bien qu’elle ne concerne que Genève, cette campagne a eu des retentissements d’envergure nationale et a permis d’ouvrir un débat, notamment dans certains cantons où les droits politiques ont été acquis tardivement et demeurent fragiles.
 
La fin d’une exploitation illicite
Depuis plus de vingt ans, l’entreprise La Sablière du Cannelet exerce une activité industrielle dans une zone agricole. Le Parti socialiste se réjouit de la décision des Genevois-es de mettre fin à cette situation illicite qui a permis à une entreprise de bénéficier d’avantages auxquels d’autres n’ont pas droit. Si les Socialistes reconnaissent l’importance de l’activité exercée par cette entreprise, qui consiste à traiter et recycler des déchets de chantier, ils et elles relèvent toutefois qu’il est indispensable de protéger et de préserver les zones agricoles, qui se font de plus en plus rares dans notre canton. Le résultat de ce jour contribuera à éviter le mitage du territoire tout en préservant la qualité de vie des habitant-es des communes avoisinantes qui subissent de fortes nuisances liées aux activités de ce site.
 
 
Pour plus d’informations :
Lydia Schneider Hausser, Coprésidente du PS genevois, 079 382 82 89
Romain de Sainte Marie, Coprésident du PS genevois, 079 395 23 85  
 
Publié dans