Mettre fin à une prestation de proximité, à but social et aux vertus écologiques ? NON à la suppression des cartes journalières CFF !

Il y a deux semaines, l’Alliance Swisspass a annoncé la suppression pure et simple des cartes journalières délivrées par les communes. Surpris-es par la décision abrupte et unilatérale de supprimer une prestation de proximité, utile et appréciée de la population, les Socialistes se sont organisé-es dans les communes genevoises pour demander[1] aux CFF de revenir sur cette décision.

Une prestation de proximité, à but social….

Depuis une vingtaine d’années, les communes suisses peuvent faire bénéficier à leurs administré-es de conditions très avantageuses pour leurs voyages en transports publics. Pour les longues distances, les habitant-es peuvent ainsi voyager à des prix qui défient toute concurrence. A Genève, la carte journalière coûte seulement une quarantaine de francs pour une journée dans toute la Suisse, alors qu’un aller-retour pour Zurich revient à 176 frs !

Pour la conseillère municipale verniolane Céline Forney, « ça n’a aucun sens de supprimer cette prestation ! Rien qu’à Vernier, près de 7000 cartes sont délivrées chaque année aux habitant-es. Cette offre communale bénéficie à toutes et tous, notamment aux personnes dont les revenus sont modestes. Non seulement elles peuvent ainsi voyager à moindres frais, mais c’est en plus une manière de renforcer le rôle de proximité que l’on peut attendre d’une commune envers ses habitant-es. »

…et aux vertus écologiques

En supprimant les cartes journalières, les CFF réduisent l’attractivité des longs trajets en Suisse par la voie ferroviaire. Il est clair que les tarifs prohibitifs pratiqués par la régie fédérale en décourageront plus d’un-e. Il est à craindre que nombre de personnes fassent un simple calcul comparatif entre l’utilisation de leur voiture ou du train, et optent pour le mode de transport de prime abord le moins coûteux, mais certainement le plus polluant.

Des solutions de remplacement insatisfaisantes

Les CFF estiment que les offres à prix dégriffé sont suffisantes et pourraient remplacer les cartes journalières. Or c’est contraindre les usager-ères d’entrer dans une logique commerciale de chasse aux rabais, de se confronter à de fortes contraintes horaires, voire de ne trouver aucun billet à un prix raisonnable. Matthieu Jotterand, conseiller municipal à Lancy, explique : « une véritable offre de remplacement n’a pas encore été définie, ce qui laisse craindre qu’elle ne sera pas à la hauteur, voire qu’elle ne voie pas du tout le jour. De plus, la piste des billets dégriffés n’est que peu satisfaisante, car elle reste onéreuse pour les longs voyages. Mais surtout, elle exclut certaines catégories – par exemple les seniors – souvent peu habitué-es à l’usage de billets dématérialisés. »

Les communes unies pour faire plier Goliath !

A l’initiative de la section verniolane, les conseillères et conseillers municipaux socialistes se sont concerté-es pour déposer une résolution dans leurs communes afin de s’opposer à cette suppression. Pour ce faire, ils et elles interpellent les CFF, l’Alliance Swiss Pass et le DETEC, par l’entremise du Conseil administratif. A l’instar des Socialistes verniolan-es, d’autres groupes socialistes ont déposé − ou vont le faire − une résolution similaire : Lancy, Meyrin, Plan-les-Ouates, Troinex, Carouge et la Ville de Genève s’associent à cette démarche, et d’autres suivront. Pourquoi ne pas espérer qu’unies dans leur démarche concertée, les communes genevoises fassent plier Goliath ?

  • Céline Forney, conseillère municipale à Vernier, 079 475 36 60
  • Matthieu Jotterand, conseiller municipal à Lancy, vice-président en charge de la coordination des sections du PS genevois, 079 774 55 06
  • Lydia Schneider Hausser, coprésidente du PS genevois, 079 382 82 89
  • Romain de Sainte Marie, député et coprésident du PS genevois, 079 395 23 85

[1] Lien vers la résolution déposée à Vernier