OUI à la loi d’indemnisation : Solidarité avec les oublié-es de la crise !

En acceptant largement la loi cantonale d’indemnisation pour perte de revenu, les Genevois-es affirment haut et fort leur soutien solidaire avec tou-tes les travailleur-euses de notre canton. C’est une belle victoire pour le Parti socialiste et pour toutes celles et ceux qui se battent pour que personne ne soit laissé au bord du chemin. Sur le plan fédéral, les Socialistes se réjouissent du refus de la loi sur l’identité électronique. Malheureusement, la population soutient à une courte majorité l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, qui n’apporte pas de garanties suffisantes en termes environnementaux et sociaux. Les Socialistes déplorent également l’acceptation de l’initiative anti-burqa. Ce dimanche est marqué par une forte participation de la population genevoise à cette votation (plus de 52%).

OUI à la loi d’indemnisation : Ouvrir les yeux sur le travail irrégulier, non salarié, hors des radars

En choisissant de soutenir à une très large majorité (près de 70%) toutes celles et ceux qui se situent en dehors des « radars » traditionnels de l’aide sociale, des RHT ou du droit au chômage, les Genevois-es mettent fin à un feuilleton qui n’a que trop duré. Alors que le projet de loi porté par le magistrat socialiste Thierry Apothéloz avait largement été approuvé par le Grand Conseil au printemps dernier, l’extrême droite a jugé bon d’attaquer cette loi par un référendum, largement qualifié de référendum de la honte, prétextant que la loi récompensait le travail au noir. Or accepter cette loi ce n’est pas accepter le travail illégal, irrégulier ou non salarié. C’est ouvrir les yeux et reconnaître qu’il existe. Ainsi, les travailleurs et travailleuses qui vivent de contrats précaires, notamment dans les domaines de la culture, de l’économie domestique ou du travail du sexe et qui n’ont obtenu aucune aide durant la première vague de coronavirus, vont enfin pouvoir être indemnisé-es, un an après leur perte de revenu. Les Socialistes ne peuvent que s’en réjouir. Il était temps !

OUI à l’IN anti-burqa : Un petit OUI contre un morceau de tissu

Légiférer sur une pièce de tissu qui ne concerne qu’une trentaine de personnes en Suisse ? L’UDC a osé le proposer et une petite majorité des votant-es ont estimé que le problème du voile en Suisse méritait une réponse forte. C’est un résultat que les Socialistes déplorent, mais qui montre que la laïcité dans l’espace public est un sujet qui préoccupe nombre de Suisses et Suissesses, de tous les bords politiques. Les débats passionnés et passionnants qui ont eu cours durant toute la campagne l’ont montré. Pour le PS genevois, à l’heure de la crise sanitaire et sociale que nous sommes en train de vivre, le sujet du niqab ne devrait pas passer au premier plan. Nous nous réjouissons que les Genevois-es ait choisi de rejeter ce texte mais ne pouvons que prendre acte de la décision d’une majorité de la population de légiférer sur cette question.

NON à l’e-ID : l’identité numérique sera publique ou ne sera pas !

Ce dimanche, les Suisses et les Suissesses ont choisi de ne pas confier leur identité numérique à des entreprises privées. Les Socialistes se réjouissent de cette décision car l’e-ID est bien plus qu’un simple login. A terme, cet identifiant pourrait remplacer le passeport et permettre de voter ou de traverser des frontières. Pas question que cette tâche d’importance quitte les mains de l’État et soit confiée à des privés, dont les objectifs de réaliser du profit ne sont pas compatibles avec cette mission. Soulagé, le PS genevois salue la décision prise aujourd’hui la population suisse.

AELE : l’huile de palme a de beaux jours devant elle…

Sur le plan cantonal, le Parti socialiste salue le rejet clair de la population genevoise de cet accord néfaste. Malheureusement la campagne massive des multinationales et autres commerçants internationaux en faveur du libre-échange aura convaincu au niveau national une majorité de votant-es ce dimanche. L’accord de libre-échange avec l’Indonésie favorisera les échanges commerciaux et sera avantageux pour les importateurs suisses, au détriment des producteurs d’huiles locales. En outre, cet accord n’offre pas de garanties suffisantes en ce qui concerne les conditions de travail des employé-es indonésien-nes. Et en termes environnementaux, la déforestation massive liée à l’exploitation de palmeraies réduit à néant la biodiversité. Les Socialistes regrettent que le commerce à tout prix ait été préféré à l’humain et l’environnement.

Plus d’informations :

Romain de Sainte Marie, coprésident du PS genevois, 079 395 23 85

Lydia Schneider Hausser, coprésidente du PS genevois, 079 382 82 89

Publié dans