Des écoles naissent à Genève lors d’un sombre dimanche pour les droits humains et l’environnement

Sur le plan fédéral, l’heure est grave. La population suisse a décidé de rejeter la loi sur le CO2, les deux initiatives sur les pesticides et d’accepter la loi sur le terrorisme (MPT). Les Socialistes prennent acte de ce résultat et regrettent qu’une majorité des Suisse-sses n’ait pas reconnu dans ces objets les enjeux fondamentaux liés à la protection du climat et au respect des droits humains.

Les Socialistes genevois-es se consolent avec le résultat du seul objet cantonal en jeu et remercient la population genevoise d’avoir largement plébiscité le déclassement de la Goutte de Saint-Mathieu qui offrira des équipements publics de qualité dans cette zone.

Un OUI clair à des équipements publics de qualité !

En choisissant de soutenir l’objet cantonal à une large majorité (63,68%), les Genevois-es affirment leur attachement à des équipements publics de qualité et à des projets d’aménagement qui tiennent compte d’objectifs ambitieux en termes de qualité de vie, de mobilité, d’emploi et de formation. Grâce à cette modification de zone, un centre de formation professionnelle pour la santé et le social pourra être créé, qui viendra améliorer largement l’offre et les conditions de formation – aujourd’hui dispersée en plusieurs sites – dans ce domaine. Ce vote permet également de créer un nouveau Cycle d’orientation qui répondra aux besoins accrus liés à l’augmentation des élèves dans l’enseignement obligatoire. La zone de Saint-Mathieu verra également la création d’une ferme agro-urbaine et d’équipements communaux. Les Socialistes se réjouissent que les Genevois-es aient reconnu l’importance de créer des aménagements de qualité pour accompagner l’augmentation démographique et les nouveaux logements qui fleurissent de toutes parts. Ils et elles remercient la population pour ce vote.

Initiatives eau propre et pesticides de synthèse : une occasion manquée de passer à la vitesse supérieure.

Après des mois de débats passionnés, le dénouement est tombé : les Suissesses et les Suisses rejettent les deux initiatives « Pour une eau potable propre et une alimentation saine » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». La Suisse rate ainsi une occasion de passer à la vitesse supérieure en termes de protection de l’environnement. La première initiative aurait permis d’entamer une transition vers une agriculture plus durable. La deuxième aurait pu bannir totalement les substances nocives comme les pesticides.

Les Socialistes sont particulièrement préoccupé-es par les conséquences du productivisme à outrance sur notre santé et notre environnement. La forte minorité apparue dans les résultats servira de signal au monde agricole pour que des mesures plus sérieuses soient prises en termes de diminution de l’utilisation des pesticides de synthèse. Ce résultat montre également qu’un plus grand dialogue doit s’instaurer entre producteur-rices locaux et consommateur-rices.

Six ans de perdu pour le climat

Les Genevois-es acceptent la loi sur le CO2 à 61,4% mais la population suisse la rejette. Le OUI genevois est un signe que les enjeux environnementaux sont reconnus par la population de notre canton, qui souhaite agir rapidement face à l’aggravation de la crise climatique.  La campagne unie en faveur du OUI à Genève, portée par une majorité de partis et d’associations de la société civile a porté ses fruits dans notre canton. Les Socialistes remercient particulièrement les Genevois-es pour le OUI cantonal à cette loi indispensable. C’est un soulagement que la majorité des citoyennes et citoyens genevois-es ne se soit pas laissé berner par la massive campagne mensongère et hypocrite des milieux immobiliers notamment.

Nous sommes particulièrement déçu-es du résultat au niveau national, car le problème climatique persiste : nous n’avons qu’une seule planète et devons absolument réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Les engagements de l’accord de Paris sur le climat demeurent également. Nous ne devons pas continuer à perdre de temps. La population suisse a rejeté le projet qui lui a été soumis, il faut maintenant en élaborer un autre, où d’importants leviers seront activés.

OUI à la loi covid – les aides ne seront pas prises en otage

C’est avec soulagement que les Socialistes prennent connaissance du vote clair des Genevois-es et des Suisse-sses en faveur de la loi Covid. Aides aux entreprises, cas de rigueur, mesures de soutien à la culture, au domaine de l’événementiel ou aux médias, pourront continuer d’être versées si la situation le nécessite. Les Socialistes remercient l’ensemble de la population suisse d’avoir reconnu l’urgence de la situation et la nécessité de ces mesures transitoires, qui contribuent à affronter cette crise en apportant une aide indispensable de l’Etat non seulement à l’économie, mais aussi à toute la population. Le PS continuera de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que les personnes touchées par la crise du coronavirus soient indemnisées rapidement et décemment.

La Suisse se dote d’une loi liberticide – mais le combat ne s’arrête pas là !

Les Socialistes prennent acte de la décision d’une majorité de la population suisse d’accepter la loi contre les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT). Si nous reconnaissons que le terrorisme doit être combattu, nous ne pouvons que regretter que cette loi, qui ouvre la voie à l’arbitraire et aux discriminations, ait été plébiscitée. Le Parti socialiste regrette que les électrices et électeurs n’aient pas reconnu la dangerosité de telles mesures et qu’ils-elles aient plébiscité ce texte contraire aux conventions internationales.

Les défenseurs de la loi ont vendu celle-ci sur l’argument de la «protection de la population», alors que ce projet sacrifie l’État de droit et la protection des droits humains à la lutte contre le terrorisme sans pour autant apporter plus de sécurité à la Suisse. Au contraire, le projet de loi crée de l’incertitude et de l’arbitraire.

Mais le combat ne s’arrête pas là. Le PS entend désormais se mobiliser dans le processus législatif qui suivra, en répondant notamment aux consultations sur les ordonnances d’application. D’autres enjeux importants sont à l’agenda politique, comme la révision de la loi sur le renseignement. La défaite de ce jour n’entache en rien notre combat contre l’arbitraire, l’autoritarisme et toutes les formes d’injustices.

Plus d’informations :

Lydia Schneider Hausser, coprésidente du PS genevois, 079 382 82 89

Romain de Sainte Marie, coprésident du PS genevois, 079 395 23 85

Publié dans