En finir avec l’absurde accumulation des richesses – OUI à l’initiative 99% !

Dans une ambiance de campagne délétère, ternie par les mensonges et propos fallacieux d’une droite effrayée à l’idée de perdre quelques privilèges, l’initiative 99% est mise à mal dans le débat public. Le comité unitaire genevois, au sein duquel œuvrent les jeunesses des partis de l’alternative, les partis de gauche, les syndicats et des associations, tient à mettre les points sur les « i » :  pour instaurer une véritable justice sociale en Suisse, les revenus excessifs du capital doivent être taxés plus que les revenus du travail. Un renversement de paradigme par rapport à la logique fiscale actuelle.

Une inégalité croissante

Aujourd’hui, le 1% le plus fortuné possède 40% des richesses en Suisse. Un chiffre en constante augmentation. « Les revenus du capital sont privilégiés par rapport aux revenus du travail. » fustige Matthew Meyer de la Jeunesse socialiste. « Les dividendes par exemple, ne sont taxés qu’à hauteur de 60%. Les gains en capitaux lors de la revente d’actions ne sont pas imposés du tout ! Cette injustice mène naturellement à une concentration de la fortune chez quelques personnes, et cela se fait sur le dos des travailleurs et des travailleuses. »

Avoir au moins 3 millions pour en gagner 100’000

Les revenus concernés par l’initiative sont les dividendes, les gains en capitaux, les revenus locatifs, et plus généralement les revenus qui résultent de la possession d’un capital, et non d’un travail. Afin de ne pas nuire aux petit-es épargnant-es, il est prévu que ne seront affectés que les revenus au-dessus d’un certain seuil à définir dans la loi d’application. 100’000 francs est le seuil proposé par le comité d’initiative. Pour toucher une telle somme passivement, sans travailler, il faut détenir une fortune initiale d’au moins trois millions de francs. L’initiative 99% s’attaque à l’absurde accumulation des richesses chez un pourcent de la population Suisse. Jean-Luc Ferrière le rappelle : « Face à la détérioration des conditions de vie d’une partie importante de la population, alors que les grandes fortunes augmentent très fortement, il est légitime de demander à celles-ci un effort supplémentaire, pour maintenir un minimum de vivre-ensemble. » Durant cette conférence, Jean-Luc Ferrière a détaillé les chiffres édifiants de l’augmentation toujours plus importante de la fortune des personnes les plus riches et de l’accroissement des inégalités. Sa présentation peut être consultée ici: https://www.ps-ge.ch/wp-content/uploads/2021/09/Initiative-99.pdf

Redistribuer aux 99% qui travaillent

Le comité d’initiative estime que les recettes supplémentaires pour la collectivité seront de 5 à 10 milliards de francs. Une manne inespérée qui profitera à toute la population : le texte demande que cette somme serve à baisser les impôts de la classe moyenne ou qu’elle soit allouée à la prospérité sociale. « Les salaires stagnent et les coûts de la vie ne font qu’augmenter. Réduire l’imposition des salaires serait un immense soulagement pour les travailleurs et les travailleuses. Cela aura également l’avantage d’augmenter leur pouvoir d’achat, ce qui est bénéfique pour l’économie réelle et les PME. D’autre part, investir dans des services publics tels que les écoles, les hôpitaux, ou encore la lutte contre le réchauffement climatique serait un véritable bienfait pour la population. », ajoute Jocelyne Haller.

Pour nous toutes et tous

Lydia Schneider Hausser de conclure : « Les chef-fes d’entreprise se paient avec des dividendes ou autre type de participation à l’entreprise qui ne sont pas ou peu taxés. De ce fait, ils ne se versent plus de salaire et ne participent plus au paiement de l’AVS. Ce phénomène dû à la non-taxation du capital coûte 350 millions de manque à gagner par année à l’AVS.» L’initiative n’empêchera personne de gagner de l’argent, elle amènera simplement une redistribution plus juste des richesses. Pour les 99%, pour nous toutes et tous, le comité unitaire appelle à voter OUI le 26 septembre.

Pour le comité unitaire:

  • Lydia Schneider Hausser, coprésidente du PS genevois (079 382 82 89)
  • Jocelyne Haller, solidaritéS, députée d’Ensemble à Gauche (076 382 01 82)
  • Jean-Luc Ferrière, secrétaire syndical au SIT (079 628 49 67)
  • Matthew Meyer, membre de la Jeunesse socialiste genevoise (078 969 11 50)