Un vote qui permet à la Suisse d’effectuer une véritable avancée en matière de droits humains

Le Comité genevois interpartis « Oui au mariage pour toutes et tous » – une large coalition de partis de droite, du centre et de la gauche – tient à communiquer pour applaudir les résultats de ce dimanche 26 septembre concernant l’extension du mariage civil aux couples de même sexe, qui constitue tout d’abord une preuve incontestable de la large acceptation par le peuple suisse de la diversité et des droits des personnes LGBTIQ+. Nous tenons également à saluer les efforts ininterrompus de la société civile qui a travaillé sans relâche depuis 20 ans pour arriver à cette victoire.

Une évolution lente mais inexorable de l’opinion publique
Tout d’abord, cette victoire est celle du peuple, ou en tout cas de l’électorat suisse. Année après année, le pourcentage des personnes favorables à l’extension du mariage aux couples de même sexe n’a fait qu’augmenter. D’une petite majorité de 51 % il y a 20 ans, d’après les sondages de l’époque, ce pourcentage n’a fait que croître pour arriver au résultat d’aujourd’hui.

Cette évolution des mentalités au sein de la société s’explique à la fois par les progrès juridiques réalisés, par une meilleure visibilité des personnes LGBTIQ+ (cinéma, télévision, réseaux sociaux, etc.) et par une sensibilisation accrue de la population à ces thèmes.

Une évolution conforme au contexte constitutionnel et juridique actuel
Il y a à 80 ans, il était encore illégal d’aimer une personne s’il ou elle s’avérait être du “mauvais genre”. En effet, l’homosexualité a été légalisée en 1942 en Suisse, les âges de consentement entre rapports hétéro- et homosexuels ont été mis sur pied d’égalité en 1992 et la Constitution suisse a inclus, en 2000, le « mode de vie » dans son article 8, pour tenir compte des droits des personnes homo- et bisexuelles. Par ailleurs, après les premiers partenariats cantonaux dans le canton de Genève en 2001, le partenariat enregistré fédéral a été accepté par le peuple en 2005.

Enfin, le Code pénal a été modifié en 2020 pour rendre illégales les discriminations basées sur l’orientation sexuelle d’une personne, à l’instar de celles basées sur l’appartenance raciale, ethnique ou religieuse. Le résultat du vote d’aujourd’hui n’est donc que la dernière étape d’une évolution constitutionnelle et juridique constante. Le résultat d’aujourd’hui permettra d’ailleurs à l’art. 15 de la Constitution genevoise, qui interdit explicitement les discriminations basées sur l’orientation sexuelle, d’être mieux respectées.(1)

Avec les résultats du vote populaire de ce jour, la Suisse se rapproche un peu plus de la situation de la quasi-totalité des pays européens, dans lesquels le mariage est d’ores et déjà une réalité pour les couples de même sexe, pour certains depuis de nombreuses années déjà.

Un consensus au-delà des clivages gauche-droite
Le Comité genevois interpartis « Oui au mariage pour toutes et tous » se réjouit d’avoir pu s’exprimer avant et après la votation afin d’exprimer le très large consensus autour de la question de l’extension du mariage aux couples de même sexe. Pour des raisons parfois un peu différentes, chaque composante de la droite, du centre et de la gauche participant à cette coalition est d’avis que le vote d’aujourd’hui constitue une date historique dans l’histoire de la démocratie suisse, et se réjouit de savoir que l’ensemble des citoyennes et des citoyens vivant en Suisse auront désormais le même accès à l’institution du mariage civil. Il s’agit d’une victoire en termes de liberté individuelle, d’égalité de traitement, d’interdiction des discriminations et de reconnaissance des diversités et de diverses formes de famille.  

En effet, concernant ce dernier aspect, le Comité genevois interpartis aimerait souligner que le vote d’aujourd’hui consacre aussi les droits des familles arc-en-ciel, qui avaient très largement été ignorées lors de la votation sur le partenariat enregistré en 2005. La majorité de l’électorat s’étant exprimé aujourd’hui a décidé de combler cette lacune.

Cette large acceptation par le peuple suisse est également un signal lancé par la Suisse en tant que pays démocratique et respectueux des droits humains à tous les pays qui n’ont pas encore franchi le pas et où les droits des personnes LGBTIQ sont encore bafoués, ce qui pour certains d’entre eux va jusqu’à la peine de mort. Notre pays, aujourd’hui, affirme haut et fort qu’il n’y a pas d’amour illégitime entre adultes consentants, et qu’il y a seulement plusieurs formes d’amour.

On a franchi, aujourd’hui, un pas important en matière d’égalité en ce qui concerne une partie significative de la population suisse, et nous avons confiance dans le fait que c’est un pas fondamental en direction de l’élimination de la stigmatisation envers les personnes qui aiment différemment de la majorité.

Ces progrès acquis de haute lutte ces dernières années préfigurent les efforts futurs qu’il faudra réaliser pour atteindre une véritable égalité.

Contacts pour le Comité genevoise interpartis « Oui au mariage civil pour toutes et tous »
Roger Gaberell, +41796414257, roger.gaberel@bluewin.ch,  Parti Démocrate-Chrétien Genève
Bryan Lo Giudice, +41797777959, bryan.log@hotmail.com, Parti libéral-radical Genève
Clémence Jung, +41766933928, clemence.jungmoratti@gmail.com, Résistons
Dorina Xhixho, +41763604990, xhixhod@gmail.com, Parti Socialiste Genevois
Aurore Kupper, +41766794620, snorr.oror@gmail.com, SolidaritéS
Annick Ecuyer, +41795821625, annick.ecuyer@bluewin.ch, Parti du Travail Genève
Sofia Hallström, +41762020315, sofiamaja@hotmail.com, Vert·e·s Genève
Jeremy Borel, +41786498644, jeremy.borel@vertliberaux.ch, Vert’libéraux Genève
  (1) Le seul autre canton à inclure une telle mention dans sa constitution cantonale est Zurich

Publié dans