Ça surchauffe ! Stop à l’hyperconsommation

A la veille d’un nouveau « Black Friday », les Socialistes dénoncent une orgie consumériste en totale contradiction avec l’urgence climatique. Le groupe dépose deux motions au Grand Conseil pour lutter contre l’hyperconsommation et défendre le principe d’une plus grande sobriété, y compris en matière numérique.

Alors que vient à peine de s’achever la « COP26 » et que l’inquiétude monte face à l’intensification du dérèglement climatique, la campagne de promotion du « Black Friday » qui doit avoir lieu ce 26 novembre bat son plein. Un peu partout, en ville comme en ligne, l’on voit fleurir des annonces ventant les « super-promos » attendues et invitant la population à ne surtout pas rater une telle occasion de « se faire plaisir »

Le « Black Friday », symbole d’une surconsommation mortifère

Les Socialistes s’érigent contre cet appel à une consommation outrancière qui fait complètement fi des impératifs climatiques – sans parler des conséquences dramatiques pour les travailleurs et travailleuses des pays producteurs qui subissent de plein fouet cette politique des prix cassés. Rappelons que pour parvenir à l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 inscrit dans le Plan climat cantonal genevois, nous devons diviser par 10 le volume actuel de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) ! Un « pas de géant » que nous ne pourrons réaliser qu’au prix d’une réduction drastique de notre consommation et la réorientation de notre système économique vers une économie circulaire et de partage. Autrement dit, des pratiques à l’opposé de ce que symbolise et encourage le « Black Friday ».

Le groupe socialiste au Grand Conseil a ainsi déposé une motion visant à faire de Genève une « zone hors Black Friday » et au-delà, à lutter activement contre l’hyperconsommation par le biais de différentes mesures (tous les détails : ici).

Le PS genevois soutient par ailleurs la pétition « Stop Black Friday » lancée récemment par l’ONG Solidar Suisse et réclamant l’abandon de cette tradition mortifère. La pétition a déjà atteint plus de 19’000 signatures et le PS encourage vivement tou-tes ses membres à y ajouter la leur !

L’empreinte carbone et environnementale du numérique en ligne de mire

Dans leur appel à une plus grande sobriété, les Socialistes visent également un autre domaine, particulièrement énergivore et consommateur de ressources : le numérique. Encore trop souvent sous-estimée, l’empreinte environnementale du développement de nos systèmes numériques (« boosté » par la transition du même nom) est en effet considérable.

En tenant compte du cycle de vie complet des équipements, le numérique serait responsable à lui-seul de 2,1% à 3,9% des émissions mondiales de CO2 (à titre de comparaison, l’aviation représenterait 2,5% du total des émissions). Un chiffre amené à poursuivre sa progression si rien n’est fait pour freiner l’emballement actuel. Et là encore, les enjeux environnementaux s’accompagnent d’enjeux sociaux puisqu’une grande part des émissions résulte de la consommation de pays dits du « Nord » mais sont générées dans les pays producteurs, soit le plus souvent des pays en développement. A Genève, ¾ des émissions de GES liées au numérique sont générées en dehors du territoire cantonal.

La sobriété numérique s’impose donc elle aussi. Il est urgent que nous repensions nos usages et que nous modifions nos comportements : fréquence de renouvellement des équipements, type d’appareils privilégiés, type et volume de contenus consommés, etc. Dans cette perspective, l’Etat a un rôle central à jouer et se doit d’être exemplaire dans le pilotage de la transition numérique.

Les député-es socialistes ont par conséquent déposé une seconde motion réclamant la mise en place de plusieurs mesures pour un usage responsable du numérique. Celles-ci vont de la lutte contre l’obsolescence programmée à la collecte d’appareils électroniques hors d’usage, en passant par la sensibilisation des consommateurs et consommatrices (tous les détails : ici).

***

Enfin, poursuivant ce même objectif de consommer moins mais mieux, le PS genevois rappelle sa totale opposition à une ouverture prolongée des commerces et invite toutes celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait à voter NON ce dimanche 28 novembre à la modification de la LHOM.

Pour plus d’informations :

  • Thomas Wenger, député socialiste et auteur des 2 motions, 079 476 69 45
  • Caroline Marti, cheffe du groupe socialiste au Grand Conseil, 079 796 36 23
  • Lydia Schneider Hausser, présidente du PS genevois, 079 382 82 89