Comptes 2021 : recettes record, en pleine crise sociale !

Alors que Genève traverse l’une des plus graves crises de son histoire, les comptes 2021 affichent un excédent de près de 50 millions et des recettes fiscales bien plus élevées qu’attendu – plus d’1,5 milliard de rentrées supplémentaires par rapport à ce qui avait été budgété ! En pleine crise sanitaire et sociale, un tel résultat a de quoi interpeller mais doit surtout nous conforter dans une certitude : Genève a largement les moyens de soutenir sa population et de développer, davantage qu’elle ne le fait actuellement, les prestations publiques.

Du jamais vu à Genève !
Au PS, on ne s’en étonne presque plus, tant c’est devenu une habitude : chaque année, l’établissement des comptes de l’Etat donne lieu à une «bonne surprise», révélant un résultat nettement meilleur que prévu au budget. Mais dans des proportions telles que celles qui ont été présentées ce matin par le Conseil d’Etat, l’on peut dire que c’est du jamais vu. Alors que le budget 2021 prévoyait un déficit à hauteur de 850 millions, voilà que l’exercice comptable se clôt sur un boni de 50 millions ! Principale explication de ce formidable écart : des recettes fiscales bien plus importantes que prévu du côté des entreprises.

Comble de l’ironie (ou du cynisme ?), le Canton se retrouve aujourd’hui, en pleine crise, à rembourser une partie de sa dette et redoter sa réserve conjoncturelle à hauteur de plusieurs dizaines de millions – réserve destinée à… parer aux périodes de crise !

Une explosion des recettes sur fond de crise
Car crise il y a bel et bien. Les chiffres noirs des comptes ne doivent pas faire oublier ceux, rouge écarlate, des statistiques sociales. Sans évoquer d’emblée l’urgence climatique qui se fait de plus en plus sentir, la pandémie de COVID-19 et les mesures prises pour lutter contre celle-ci ont durablement affecté des pans entiers de l’économie et précarisé une large frange de la population. 

En témoignent l’endettement préoccupant de nombreux ménages et l’augmentation massive des besoins constatée sur le terrain de l’aide et des prestations sociales (près de 2’000 bénéficiaires de plus en 2020 qu’en 2019). Rappelons encore qu’en janvier 2021, 13,1% des établissements du canton étaient encore interdits d’exploitation ou fermés au public (en particulier dans le domaine de la restauration, de la culture, du sport, des loisirs, mais aussi du commerce de détail).[1]

Sans remettre en question leur nécessité, le PS relève que près de 550 millions d’aides aux entreprises ont été délivrées en 2021 alors que les autres secteurs d’activité et les personnes rendues vulnérables par la crise doivent se contenter des miettes (21 millions pour la culture, 2 millions pour l’éducation et 2 millions pour «la population»). Il est plus que temps de reconnaître les besoins sociaux criants occasionnés par la crise et de rééquilibrer les mesures de soutien en faveur de la population. 

A cela s’ajoute que dans des secteurs comme le transport aérien ou certaines branches du tourisme, la reprise de l’activité économique à son niveau d’avant-crise est inenvisageable, tant l’urgence climatique commande de revoir drastiquement nos comportements dans ces domaines. Ce sont dès lors des plans solides et ambitieux de formation et de reconversion professionnelle qu’il nous faut mettre sur pied, afin de soutenir les travailleurs et travailleuses des secteurs les plus polluants.

Renforcer la fonction publique et répondre aux besoins de la population
Face à l’urgence sociale et climatique, face à la progression des inégalités, et au vu des comptes 2021, le dogmatisme et l’alarmisme budgétaire des partis bourgeois et de la droite populiste a perdu toute crédibilité. Du reste, la population n’est pas dupe de ces pingres qui tentent de grignoter ses acquis sociaux, elle qui a accordé ses paraphes à l’initiative fiscale de la gauche et des syndicats en même temps qu’elle mettait en échec celle de la droite visant à geler les embauches dans la fonction publique.

Après tant d’années d’efforts pour affronter l’austérité, il importe au contraire de renforcer la fonction publique. Cela afin d’une part de soulager les services de l’Etat en souffrance et, d’autre part, de développer les prestations à la population.

Les chiffres le montrent : une partie des entreprises genevoises se porte bien et les bénéfices de certaines ont même flambé durant la crise. Or ces entreprises, faut-il le rappeler, bénéficient elles-aussi directement des prestations et infrastructures publiques de notre canton. 

C’est donc renforcé-es dans leurs convictions que les Socialistes accueillent les comptes de l’Etat 2021. Ces convictions qui font partie de l’ADN du PS et selon lesquelles il est à la fois juste, possible et nécessaire de mettre à contribution plus fortement celles et ceux qui s’en sortent le mieux économiquement et de développer des prestations publiques de qualité et en suffisance.


[1] Les chiffres cités proviennent de l’Office cantonal de la statistique (https://statistique.ge.ch/)

Pour plus d’informations :

  • Caroline Marti, commissaire aux finances et cheffe du groupe socialiste, 079 796 36 23
  • Thomas Wenger, commissaire aux finances et président du PS genevois, 079 476 69 45
  • Alberto Velasco, commissaire aux finances socialiste, 079 373 82 29
Publié dans ,