OUI AUX EQUIPEMENTS PUBLICS À SAINT-MATHIEU !

Par Nicole Valiquer Grecuccio
Députée, mandataire du Comité unitaire « Oui au projet Saint-Mathieu »

Le 1er octobre 2020, le Grand Conseil a accepté très largement, à l’exception de l’UDC, le projet de loi du Conseil d’État modifiant les limites de zones sur le territoire de la commune de Bernex pour la création d’une zone affectée à de l’équipement public et d’une zone des bois et forêts sur le périmètre dit de la « Goutte de St-Mathieu ». Un référendum contre ce déclassement a abouti, raison pour laquelle il est soumis en votation populaire le 13 juin 2021.
Ce projet s’inscrit dans le grand projet Bernex, planifié depuis plus d’une décennie, qui prévoit la construction de 1600 logements. Il appartient aux grands projets prévus par le plan directeur cantonal que les Socialistes ont toujours soutenus, comme les Communaux d’Ambilly et les Cherpines, qui ont nécessité le déclassement de la zone agricole pour répondre à la demande de logements. Ce choix a été pensé de manière cohérente pour articuler le développement de notre canton avec celui des transports publics et avec la création d’équipements publics, sans lesquels une vie de quartier est impossible. Nous pensons ici aux écoles, aux crèches, aux équipements sociaux, culturels et sportifs.
Le secteur de la Goutte de Saint-Mathieu fait partie du plan directeur de quartier de Bernex. Identifié depuis 2014 et situé à côté d’un futur parc agro-urbain, son déclassement se justifie parce que les projets de construction des équipements publics sont prêts et répondent à une urgence compte tenu de la croissance importante des effectifs d’élèves et aux enjeux de la mobilité avec un arrêt de tram constituant ainsi une desserte optimale pour les étudiant-es du futur cycle d’orientation et du futur pôle santé-social.
En effet, dire OUI au projet soumis en votation populaire, c’est réaliser la construction d’un cycle d’orientation pour 900 élèves et celle d’un centre de formation pour les professionnel-les de la santé et du social dont les locaux actuels, souvent désuets, sont aujourd’hui disséminés. Le nouveau bâtiment permettra de former plus de jeunes pour répondre aux besoins croissants de la population en matière de soins, de petite enfance et d’accompagnement social. Dire OUI, c’est également répondre à la volonté du Conseil administratif de la commune de Bernex qui peut ainsi développer des équipements communaux. Les acteurs sportifs pourront aussi profiter des salles de gym mises à disposition au cycle d’orientation.
Vous l’aurez compris, ces équipements viennent compléter les projets de logements prévus dans le secteur de Bernex et assurent une meilleure qualité de vie aux habitant-es actuel-les et futur-es. En effet, il ne s’agit pas seulement de se loger mais aussi de pouvoir étudier et trouver des lieux de vie culturels ou sportifs, ce que rend possible ce projet. Ne nous leurrons pas ; sans ce déclassement il n’y aura pas d’équipements publics.
Les Socialistes prennent donc leur responsabilité et continueront à s’engager pour des projets de qualité qui garantissent la cohésion sociale.

 

La dernière pièce du puzzle pour le développement de Bernex

Interview de Guylaine Antille, Maire de Bernex

Que représente ce projet pour Bernex ? 
C’est un élément important dans le cadre du développement de Bernex. La Goutte St-Mathieu est la dernière pièce du puzzle qui permettra à la commune d’avoir, entre autres, des emplois qui l’aideront à développer les infrastructures nécessaires pour l’accueil des nouveaux-elles habitant-es. C’est une petite pièce en termes de surface, mais une pièce essentielle.

De quels emplois s’agira-t-il ?
Ce projet est majoritairement composé d’infrastructures : deux écoles, une maison de quartier et une école de musique. Il s’agira donc principalement d’enseignant-es et de personnel administratif.

Que répondre aux personnes qui craignent une détérioration de la qualité de vie dans le canton face au bétonnage de plusieurs zones agricoles ?
Cette zone-là est un petit triangle placé dans une zone très urbaine. Certes, c’est un terrain agricole, mais il est peu propice à l’agriculture. Il est souvent en friche, et n’est utilisé que pour la production de fourrage.

Le vrai risque pour la qualité de vie des habitant-es de Bernex serait de ne pas faire ce projet. Le cycle d’orientation servira la Champagne dans son ensemble. En cas de refus les élèves iront à l’école plus loin de chez eux et parfois dans des containers provisoires, puisque les places manquent partout. La maison de quartier et l’école de musique ne se feront probablement pas ailleurs, faute de place. Or ces infrastructures profiteront à chacun-e. L’emplacement, idéalement situé, permet de faire le lien entre les anciens et les nouveaux quartiers.

Que se passera-t-il en cas de NON ? 
En cas de non, il nous manquera des infrastructures et les pertes financières seront importantes. La commune a déjà investi 160’000 chf dans le projet et le manque à gagner en termes de recettes fiscales est estimé à 500’000 chf.

En revanche, si les citoyen-nes acceptent ce projet, les autorités communales auront les moyens d’accompagner le développement de Bernex comme il se doit. L’occasion de nous tourner vers l’avenir, pour les Bernésien-nes mais aussi pour toute la population genevoise !

Propos recueillis par Morgane Dentan