Skip to content

Produits phytosanitaires : un petit pas dans la bonne direction

Léna Strasser
Députée au Grand Conseil

Le titre de la loi soumise au vote est prometteur : Pour une limitation drastique des produits phytosanitaires à Genève. Un contenant ambitieux ! Le contenu, lui, l’est moins. Si la loi – acceptée par le Grand Conseil et soutenue par le groupe socialiste – passe, l’article 187 de la constitution genevoise, traitant de l’agriculture, sera complété ainsi : « L’Etat prend des mesures afin de réduire les risques liés à l’utilisation de produits phytosanitaires. Il encourage le développement de méthodes alternatives permettant d’en limiter l’usage, notamment par un soutien économique ou technique. ». Ce nouvel article ancre dans la constitution ce qui, de fait, est déjà pratiqué. Le petit plus ? Il mentionne l’encouragement accru pour la recherche d’alternatives. Et les agricultrices et les agriculteurs en ont besoin, car, à long terme, renoncer aux pesticides de synthèse signifie trouver de nouvelles solutions pour soutenir leurs efforts.

On regrette tout de même que ce nouvel article ne distingue pas produits phytosanitaires naturels et produits phytosanitaires de synthèse. Ces derniers sont à bannir totalement, responsables d’une multitude de maladies, changements hormonaux mais également de la disparition des insectes, micro-organismes et variétés de plantes. Un petit pas de fourmi donc… dans la bonne direction que nous vous invitons à soutenir. De même que prochainement l’initiative fédérale « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » qui elle, en comparaison, sera un pas de géant.

Scroll To Top