Bannière large

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter du PS genevois, veuillez utiliser notre formulaire.


À la Une

24.03.2020

Nous avons le pouvoir d'agir!

Par Sylvain Thévoz, Député et coprésident du PS Ville de Genève

Camarade,

Dans cette période de crise sanitaire extrême, il nous revient d’être solidaires et responsables. Il nous revient de suivre à la lettre les recommandations de nos autorités ; de se préserver, de préserver les autres.

Cette crise nous frappe durement, mais nous constatons que les autorités font face et que les réponses, tant du Conseil fédéral que du Conseil d’État, des conseils administratifs des différentes communes sont à la hauteur et vont toute dans le même sens : préserver la vie des gens, maintenir la solidarité à un haut niveau et éviter des souffrances plus grandes encore. Cette crise est une preuve éclatante de la nécessité d’avoir un État fort, bien organisé, qui peut en cas de catastrophe répondre présent afin d’organiser l’aide sanitaire et sociale, soutenir les plus fragiles, débloquer les aides nécessaires pour aider l’économie à passer le cap.

Dans ce moment de crise, nous devons continuer à avancer, lutter, en appliquant les décisions des autorités. Il nous revient d’être solidaire et responsable les un-e-s envers les autres.

Dans ce contexte exceptionnel, sans équivalent dans notre histoire, le Conseil d’État a choisi de maintenir le 2e tour des élections municipales. Il n’y aura pas de vote à l’urne. La poste acheminera les tout ménage et les enveloppes de vote. Chacun-e votera par correspondance ou amènera directement son bulletin au Service des Votations et Élections, à choix. Le dépouillement du 2e tour se fera par lecture optique. Personne ne verra sa santé mise en danger du fait de cette élection.

La démocratie est un bien fortement menacé lors d’état d’urgence et de catastrophe. Le Conseil d’État a choisi de la défendre. Nous allons donc continuer à faire campagne : par respect pour celles et ceux qui oeuvrent pour cette élection ; par devoir pour celles et ceux qui préservent les institutions, délivrent les prestations, font tourner la société ; par engagement, pour faire élire celles et ceux qui à nos yeux défendent un État responsable et solidaire, un État qui organise l’aide pour toutes et tous, avec humanité. Voter est plus que jamais fondamental. C’est dans les périodes de crise que se révèle l’importance de désigner les bonnes personnes aux postes de décision. Ne laissons pas ce choix vital à d’autres. Pour les municipales du 5 avril : votons et faisons voter !

17.03.2020

Élections municipales: l'engagement militant récompensé!

Par Matthieu Jotterand, Vice-président en charge de la coordination des sections

Chère camarade, cher camarade,

Dimanche passé, les élections municipales ont largement souri au Parti socialiste et à la gauche dans son ensemble. La vague verte annoncée a certes eu lieu, mais elle a cette fois été accompagnée d’une autre, rose celle-ci!

Pas moins de six camarades ont été élu.e.s au premier tour de l’élection au Conseil administratif ! Félicitations à Guylaine Antille (Bernex), Stéphanie Lammar (Carouge), Elisabeth Gabus-Thorens (Confignon), Nathalie Leuenberger (Meyrin), Carole-Anne Kast (Onex) et Martin Staub (Vernier)!

Dans bien d’autres communes, les résultats de nos candidat.e.s CA sont excellents également et le deuxième tour s’annonce passionnant, avec notamment des camarades bien placé.e.s pour faire leur entrée à l’exécutif communal.

Au niveau délibératif, les résultats sont globalement très positifs avec trois nouvelles communes où le Parti socialiste est représenté et le renversement de la majorité au Conseil municipal en Ville de Genève, à Onex et à Lancy! Mention spéciale à Collex-Bossy, section fondée il y a moins d’un an, où pas moins de quatre nouveaux et nouvelles élu.e.s PS siègeront!

Ces excellents résultats reposent sur deux axes forts. Le premier, c’est celui des élu.e.s aux Conseils municipaux et de nos magistrat.e.s dans les exécutifs. La grande majorité de ces derniers est réélue brillement au premier tour, des habitant.e.s. Le deuxième axe, c’est le large socle commun de solidarité, de valeurs et d’engagement que les militant.e.s, candidat.e.s ou non, construisent preuve s’il en est de la qualité de leur travail et de l’adéquation de leurs projets aux besoins au quotidien dans leurs sections respectives.

Je tiens ici à adresser un remerciement particulier à celles et ceux qui ont œuvré pour la campagne sans être candidat.e, au service du parti. J’ai également une pensée à toutes celles et tous ceux qui n’ont pas été élu.e.s : votre tour viendra certainement dans quelques temps, comme viennent ensuite ou dans cinq ans. Et dans l’attente, le Parti offre d’autres possibilités, par exemple la réflexion sur différents thèmes, au sein de ses commissions.

Pour le Conseil municipal, la campagne est terminée et l’année 2020 sera, pour beaucoup, une année de découverte, accompagné.e.s par les camarades sortant.e.s qui feront part de leur expérience. En complément, le PSG est en train de réfléchir à la mise en place de formations donnant les outils pour traduire les engagements programmatiques en actions politiques concrètes.

Enfin, pour le Conseil administratif, un deuxième tour passionnant s’annonce le 5 avril. Les modalités de la campagne partent quasiment d’une feuille blanche en raison des mesures de confinement liées au Covid-19 et les sections planchent actuellement sur des plans pour une campagne en grande partie dématérialisée. Chère camarade, cher camarade, il est essentiel que tu restes toi aussi mobilisé.e ces prochaines semaines et jusqu’au 5 avril, afin de prolonger cette belle vague rose qui a déferlé sur le 15 mars !

10.03.2020

15 ans de l’initiative j’y vis j’y vote ! Le 15 mars votons dans nos communes !

Par Xhevrie Osmani, Députée

Depuis quelques semaines, le Bureau de l’intégration des étrangers mène en partenariat avec l’Association des communes genevoises, les associations et l’Institut d’étude de la citoyenneté de l’Université de Genève des séances d’information et de mobilisation auprès de la population dans plusieurs communes du canton.

Une campagne intense afin de favoriser la participation citoyenne de toutes les personnes étrangères ayant le droit de vote. La participation des résident-e-s étranger-ère-s à Genève vivant en Suisse depuis 8 ans est plus qu’importante ! Ces personnes façonnent la vie de leur commune mais aussi de leur canton ! Genève, est le canton avec la plus forte proportion de population étrangère soit 41%.

Ensemble dans nos communes, votons pour que chaque voix compte. Et bientôt, pour que celles-ci comptent également dans la vie politique cantonale et pour que la citoyenneté à Genève ne soit plus cantonnée à la nationalité ! Le projet de loi déposé par l’Alternative vise à compléter et étendre les droits politiques en ouvrant le droit de vote et d’éligibilité au niveau communal et cantonal dès 8 ans de résidence en Suisse. En attente devant le Grand Conseil, le PL 12441 « Feu vert pour les droits populaires ! » a été cosigné par 42 députés qui s’inscrivent dans le combat pour une démocratie progressiste et l’acquisition de droits politiques complets à l’heure où la Suisse mène de plus en plus une politique restrictive de naturalisation en fonction des critères de comparaison européens !

03.03.2020
Pour un 8 mars féministe et révolutionnaire

Par Kaya Pawlowska, Coprésidente du groupe Egalité

Cher·ère·s camarades,

Au Mexique, au Canada, en France, en Espagne, au Nigéria, en Thaïlande et un peu partout dans le monde, les femmes* vont faire grève le dimanche 8 mars 2020. La dimension internationale de cette journée est ancrée depuis longtemps dans les esprits, mais depuis plusieurs années et sous l’impulsion des féministes espagnoles, elle prend de plus en plus souvent la forme d’une grève féministe.

Alors pourquoi faire grève ? Symboliquement, la grève est indissociable des mouvements de protestation ouvriers. Elle nous rappelle les origines socialistes de la Journée du 8 mars. En 1910, la deuxième Conférence Internationale des Femmes se réunit à Copenhague. Pour se différencier notamment des féministes bourgeoises, la féministe révolutionnaire Clara Zetkin propose l’organisation d’une Journée internationale des femmes. La journée aura lieu en mars pendant plusieurs années, sera oubliée un temps, puis repêchée par le pouvoir soviétique comme « Journée des ouvrières ». La dérive commence là. En Occident, la Journée devient celle de la femme-ménagère ; être dépendant du patriarcat du salaire, soutien domestique indispensable de l’homme dans la famille nucléaire. En U.R.S.S, la Journée devient celle de la femme-ouvrière ; celle dont la valeur tient à sa capacité de travail productif et dont l’émancipation est conditionnée par sa capacité à faire au moins aussi bien qu’un homme. Ces conceptions sont encore présentes. En Russie, on célèbre la féminité domestique comme à la Saint Valentin en offrant des fleurs. En Angleterre, les magasins en ligne font des rabais sur les sous-vêtements. Dans de nombreuses grandes « boîtes », on met en avant les superwomen qui ont réussi à mener de front leur travail et leur vie familiale, les parfaites ouvrières.

N’en déplaise à Marx, il est temps de faire grève au nom du travail reproductif : le nettoyage, les soins aux proches, l’éducation et la garde des enfants. Ces quelques heures de la double journée assumées principalement par les femmes* et qui représentent 293 milliards de francs suisses par année dans notre pays. Cela tombe bien, les collectifs de la grève féministe ont choisi la thématique « le temps des femmes* » pour ce 8 mars 2020. Le groupe égalité du PSG a décidé de leur emboîter le pas, coronavirus ou pas, et de se joindre aux activités décentralisées qui auront lieu dans tous le Canton.

Féministement,

Kaya

*Toute personne qui n’est pas un homme cisgenre (soit un homme qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance)

25.02.2020
Répondre aux défis de demain

Par Gérard Deshusses, Président du PS genevois

Camarades,

Les défis auxquels est confronté notre parti sont nombreux, urgents et difficiles. Les deux principaux sont liés, dans la perspective socialiste qui est la nôtre : il s’agit de la dégradation de notre environnement planétaire qu’il convient de stopper pour retrouver à terme un équilibre naturel aujourd’hui en grand danger et de lutter parallèlement contre la précarisation toujours plus grande d’une partie des habitantes et habitants de notre canton, toujours plus nombreux-ses à devoir recourir aux aides sociales, faute d’un emploi stable, d’un revenu suffisant et régulier, d’un logement au loyer adéquat, notamment. 

Répondre à cette double exigence, telle est la tâche de notre parti ! Nous devons mener tout à la fois une politique environnementale efficace conduisant à modifier le mode de vie de notre société, son type de croissance et de développement et une politique économique et sociale qui permette à chacune et chacun de vivre non seulement au-dessus du seuil de pauvreté, mais de jouir également de conditions de vie adéquates.

Remporter l’un et l’autre défi, tel est l’objectif que nous nous fixons ! 

Et cet objectif, au-delà des programmes communaux de nos différentes sections, est celui qu’affichent nos militantes et militants sur les nombreux stands qui, semaine après semaine, depuis tantôt trois mois, assurent la campagne des élections municipales des 15 mars et 5 avril prochains.

Votre disponibilité, Camarades, votre engagement, votre présence aux côtés de nos candidates et candidats en campagne pour obtenir des sièges dans les délibératifs comme les exécutifs sont admirables et démontrent si besoin est l’unité, la force et la détermination de notre parti, sa conviction de pouvoir partager avec toujours plus de citoyennes et citoyens idées, objectifs et programmes. 

Cette victoire socialiste, Camarades, toutes et tous ensemble, uni.e.s, encore et toujours, déterminé.e.s dans toutes les actions électorales que nous menons, dans toutes les communes, nous l’obtiendrons le 15 mars, et dans un élan toujours plus fort, le 5 avril. 

Toutes et tous ensemble, pour la victoire de notre parti !

18.02.2020

Coup de frais sur la newsletter du PS genevois !

Par Nicolas Clémence

Chères et chers camarades,

Poursuivant le travail de refonte et de développement de la communication du Parti socialiste genevois, j'ai le plaisir de vous présenter la nouvelle version de la newsletter hebdomadaire, conçue avec professionnalisme par notre secrétariat : qu'en soient ici remerciées Clémence, Morgane et Frédérique.

L'objectif est de donner plus de dynamisme et d'en rafraichir la présentation, de faciliter la lecture, d'ajouter du contenu plus politique avec la création d'une rubrique "à la une", et de mieux communiquer sur les activités du parti en intégrant des communiqués du PSG et des informations provenant de notre députation.

En espérant que cette nouvelle version vous trouvera intéressés et mieux informés,
Amitiés socialistes