novembre20201

Votation du 29 novembre 2020

LES MULTINATIONALES DOIVENT RÉPONDRE DE LEURS ACTES !

 

Votation fédérale n°1 : IN «Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement»

Aujourd’hui, certaines multinationales siégeant en Suisse ne respectent ni les droits humains, ni les standards environnementaux. Nous ne pouvons plus continuer à fermer les yeux sur des violations de droits fondamentaux au profit d’une croissance économique inéquitable et effrénée !

L’Initiative pour des multinationales responsable permet aux personnes lésées par les dommages environnementaux et sociaux commis par des multinationales dont le siège social est en Suisse d’engager un procès sur le sol suisse. Actuellement, ces entreprises profitent d’espaces de non-droit, dans des pays où la justice ne fonctionne pas correctement. Elles commettent des délits sans être inquiétées. L’initiative concerne les multinationales siégeant en Suisse ainsi que leurs entreprises sous-traitantes qui leur sont exclusives. Elle ne touche donc pas les PME, hormis quelques domaines à risque comme l’extraction d’or ou de diamants.

Les délits sont nombreux. Citons-en quelques-uns : l’entreprise Syngenta pollue les eaux en Gambie et l’air au Congo en vendant des pesticides interdits en Europe et en Suisse. Au Tchad, une rivière est polluée par les produits chimiques déversés par l’entreprise Glencore, causant des infections mais aussi des pollutions catastrophiques.

De nombreuses entreprises respectent d’ores et déjà les standards environnementaux et les droits humains, mais elles se retrouvent concurrencées par des multinationales capables des pire crimes pour faire fructifier leurs profits. Afin d’éviter cette concurrence déloyale et de favoriser une économie plus éthique, votez oui!

Avec les Socialistes, votez OUI

LA SUISSE NE DOIT PLUS FINANCER DE GUERRES!

 

Votation fédérale n°2 : IN «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre»

L’initiative prévoit l’interdiction des investissements financiers dans des sociétés fabriquant du matériel de guerre. Chaque année, un demi-million de personnes meurent dans des conflits armés ; pas moins de 70 millions sont actuellement déplacées car elles fuient des conflits. Malgré sa neutralité, la Suisse, qui compte parmi les principales places financières du monde, joue un rôle décisif dans ces conflits armés : les instituts financiers comme la Banque nationale (BNS) et les institutions de prévoyance vieillesse investissent chaque année des milliards dans les entreprises d’armement à l’étranger.

Ces entreprises fabriquent des armes conçues pour tuer (tanks, grenades, mines anti-personnelles, armes nucléaires, etc). La Suisse, par ses investissements financiers, est complice de ces industries qui profitent des guerres et créent des millions de  victimes. Il est urgent de dire stop à cette pratique et d’exiger plus d’éthique et de responsabilité sur la place financière Suisse.

3 raisons de voter OUI

1. Protéger les populations locales
Les guerres frappent en premier lieu la population civile. L’argent suisse ne doit plus contribuer à créer des désastres humanitaires.

2. Participer à une place financière éthique
Il existe des fonds d’investissement durables présentant la même rentabilité que les fonds d’investissement habituels. La richesse nationale doit être utilisée de manière éthique et responsable.

3. Préserver la neutralité de la Suisse
La neutralité et la tradition humanitaire sont des éléments fondamentaux pour notre pays. On ne peut pas promouvoir la paix d’un côté et financer la production d’armes de guerre de l’autre. La Suisse doit s’efforcer de contribuer à trouver des solutions diplomatiques aux conflits et cesser de les alimenter.

OUI À L'ÉGALITÉ POLITIQUE POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES!

 

Votation cantonale n°1 : Art. 29 de la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées

Priver une personne handicapée ou âgée de son droit de vote constitue une discrimination. C’est pourtant la réalité que vivent près de 1’000 personnes à Genève. Le PS genevois soutient donc le projet de loi visant à mettre fin à cette situation injuste.

La Constitution genevoise, entrée en vigueur en 2013, introduisait une nouvelle disposition à l’égard des personnes « durablement incapables de discernement », qui pouvaient se voir privées de leurs droits politiques sur simple décision judiciaire. À l’usage, il s’est avéré que les juges ont eu tendance à priver de nombreuses personnes de leurs droits politiques, y compris celles qui n’étaient pas sous curatelle. Genève s’est ainsi trouvée dans une situation inacceptable : certain-es citoyen-nes ne bénéficient plus de leurs droits politiques au niveau cantonal et communal mais peuvent toujours les exercer à l’échelon fédéral.

Au-delà de sa forte charge symbolique, la modification constitutionnelle soumise au vote permettra à Genève de se mettre en conformité avec le droit international, et en particulier avec la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) qui prévoit que les États « garantissent aux personnes handicapées la jouissance des droits politiques et la possibilité de les exercer sur la base de l’égalité avec les autres ».

Avec les Socialistes votez OUI

 

« Environ 1000 citoyennes et citoyens sont privé-es de leurs droits politiques à Genève. Or les personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas se forger une opinion ne votent de toute façon pas. Donner aux juges la faculté de priver une personne de ses droits politiques a ouvert la porte à l’arbitraire et à la discrimination des personnes handicapées ou âgées. Le 29 novembre, disons OUI au suffrage universel ! »

Cyril Mizrahi, Député socialiste au Grand Conseil

 

NON À LA CRÉATION D'UNE ZONE INDUSTRIELLE !

 

Votation cantonale n°2 : Modification des limites de zones sur le territoire de la commune d’Avusy

Depuis plus de vingt ans, l’entreprise La Sablière du Cannelet exerce de façon illicite une activité industrielle dans une zone agricole. Pendant de nombreuses années, cette entreprise a bénéficié de la souplesse des autorités et d’avantages auxquels d’autres n’ont pas accès. Pour se conformer au cadre légal, les autorités doivent soit déclasser le terrain en zone industrielle, soit faire cesser les activités de cette entreprise et rendre ces terres à l’agriculture.

L’activité exercée par cette entreprise est nécessaire : il s’agit de traiter et recycler les déchets de matériaux de construction et de chantier. Toutefois, ce type d’activité doit se trouver en zone industrielle, comme le prévoit la loi. En déclassant ce terrain, c’est une zone agricole que l’on supprimerait. Or pour éviter le mitage du territoire, il est indispensable de protéger et de préserver les zones agricoles, qui se font de plus en plus rares dans notre canton.

Si l’activité de la Sablière du Cannelet était régularisée après plus de vingt ans d’illégalité et d’activité non conforme à la zone, cela créerait un précédent préjudiciable au respect et à l’application à venir des règles d’aménagement du territoire. Dans un état de droit, il est nécessaire d’appliquer les mêmes règles à toutes et tous et de ne pas accorder de passe-droits à une poignée de privilégié-es, pendant que d’autres jouent le jeu et se conforment aux lois.

Pour toutes ces raisons, les Socialistes ont décidé de s’opposer à la modification des limites de zones dans la commune d’Avusy et vous invitent à voter NON à ce déclassement.

Avec les Socialistes, votez NON

TÉLÉCHARGER LES AFFICHES